La 5G pour sauvegarder le climat? Le point avec l’EMPA

  • Post last modified:30/10/2020
  • Post comments:24 commentaires
Les esprits éclairés voient évidemment les potnetialités de la 5G.
Les esprits éclairés voient évidemment les potnetialités de la 5G.

Beaucoup d’âneries ont été écrites et popularisées au sujet de la consommation énergétique de la 5G; une technologie taillée pour être plus efficiente. Une équipe de chercheurs de l’Université de Zurich et de l’Empa remet l’église au milieu du village en soulignant que la 5G peut contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Ces chercheurs concluent «qu’avec un trafic de données qui devrait être multiplié par huit à l’avenir, la technologie 5G sera plus efficace et permettra des applications innovantes, telles que le travail flexible, un réseau intelligent ou l’agriculture de précision, qui contribueront à réduire les émissions de CO2 dans notre société», selon cette synthèse.

Grosses économies de CO2 en vue

«L’étude montre que l’expansion du réseau 5G et les nouveaux terminaux nécessaires aux nouvelles applications sur le réseau 5G sont susceptibles de causer une pollution environnementale de l’ordre de 0,18 mégatonne d’équivalent CO2 en 2030. D’autre part, les nouvelles possibilités d’application étudiées offrent également un potentiel d’économie allant jusqu’à 2,1 mégatonnes d’équivalents CO2», selon le même site internet.

Se basant sur des données fournies par Swisscom, commanditaire de l’étude, cette dernière a permis d’examiner les flux d’énergie et de matières pour la construction et l’exploitation de l’infrastructure d’un réseau 5G et donc les (nouvelles) applications possibles jusqu’en 2030. Du moins en l’état des connaissances actuelles.

Une technologie plus écologique

L’une des raisons de ce bilan, au final favorable, réside dans l’efficacité énergétique accrue de la technologie 5G, par rapport à celles qui l’ont précédée. En 2030, le réseau 5G, qui transportera l’essentiel des données mobiles, devrait produire environ 85% d’émissions en moins par unité de données transportées que le réseau mobile actuel.

Par ailleurs, d’autres réductions des émissions de gaz à effet de serre devraient pouvoir être obtenues grâce à de nouvelles technologies qui n’apparaîtront qu’avec l’expansion des réseaux 5G. Ces potentialités n’ont toutefois pas été prises en compte dans cette étude, puisque devant apparaître après 2030.

XS

L’étude complète

Cet article a 24 commentaires

  1. Alan

    Merci pour cet article qui devrait moucher définitivement les conspirationnistes et leur porte-voix dans l’opinion publique. Enfin, s’ils savent lire, ce qui ne semble pas évident aujourd’hui à l’heure de Youtube et Snapchat!

    1. Fred

      Ça ne va moucher personne, malheureusement les conspirationnistes vont s’arrêter à : “Se basant sur des données fournies par Swisscom, commanditaire de l’étude,” et la jeter aux orties en disant qu’elle ne peut pas être objective.

    2. XGreen_Tof

      Ça ne va moucher personne, qu’est ce que tu crois, qu’une étude partisane effectuée pour le compte d’un opérateur est digne de crédit ? Tu es trop naïf mais ne t’inquiète pas, la vie se chargera de t’apprendre la vie !
      Aller, pour ta gouverne le piaf je te donne un élément que tu semble ignorer : cette techno, comme les précédentes, ne viennent pas en remplacement de ces dernières mais en complément. Inutile donc de prôner l’efficacité énergétique pour cautionner tout cela.

  2. Eliot Déroze

    Vous êtes conscient que c’est un ramassis de bullshit j’espère ? Il est possible qu’une antenne 5G consomme moins par byte de donnée. Mais le nombre de bytes va exploser. Vous connaissez l’effet rebond ? On arrive à un moment où il faut réduire le nombre de données échangées, la 5G va dans le mauvais sens. Il faut absolument plus de sobriété, sinon on va pas s’en sortir. Le (con)sommateur est de toute évidente sous-informé. Comment expliquer la lecture de vidéo 4k sur un écran de 6′ sinon ? Le consommateur ne se pose aucunes question, c’est donc au législateur de mettre des règles. Il faut réduire le nombre de données échangées, car ça devient un vrai problème d’émissions. Au passage, on n’a jamais baissé les émissions avec une technologie, jamais. Ca n’a jamais été qu’en augmentation.

    1. Tricoline

      Ce n’est surtout pas au législateur à mettre des règles pour les technologies de télécommunications !

      Souvenez-vous les règles misent en place par les régimes communistes dès les années 50 à 90, une catastrophe, pas les mêmes technologies des 2 côtés du rideau de fer, accès interdit à l’information, communication contrôlées, ect …

      Les technologies doivent pouvoir évoluer sans que les politiciens adoptent des règles nuisibles à tout le monde.

      1. Medo

        Comparer une diminution de donnée d’origine législative au communisme, enfin on devrait plutôt dire stalinisme, n’est un argument valable.

        La politicien doit agir pour le bien du peuple, c’est pas aux commerciales d’imposer les règles.

  3. Frédéric Johner

    Bonjour,
    Un simple calcul me fait sourire.
    L’étude conclut, tout à la fin que les émissions par unités de données transportée vers 2030 devrait diminuer de 85%…donc reste 15%. Soit, il est aussi prévu que le flux des données va augmenter de 8×…donc 8×15%= 120%…mais lorsqu’on sait que la 5G va permettre de transporter 10x ou 100x plus de données dans l’unité de temps (toutes données en temps réel) pour TOUS APPAREILS CONNECTÉS EN PERMANENCE (traçage intégral obligatoire, télétravail obligatoire, échange de dossiers volumineux, accès à distance permanent pour tous les outils de planifications dans tous les domaines tels que construction immobilière, navale, aviations, industrielle, etc, etc c’est toute l’économie.. robotisation à outrance, etc..etc +contrôle et gestion de toute l’humanité depuis un point central, création de cryptomonnaie pour chaque banque centrale etc) à mon avis les flux de données en unité vont être multipliés par au moins 1000…sinon elle sert à quoi la 5G.
    Je refais le calcul 15% x1000= 15000% donc le trafic de données serait multiplié par 150 par rapport à aujourdhui..donc le bilan CO2 aussi. Bonnes réflexions à tout le monde. Et l’étude ne dit rien sur les impacts environnementaux et de santé…

  4. rolgui2002

    C’est incroyable l’obscurantisme de certains conspirationistes sans connaitre la science, que ce soit la 5G ou le covid-19, par exemple, je suis perplexe aussi, donc je m’abstiens d’affirmer ou d’infirmer des points de vue souvent contradictoires des experts, et surtout des experts lambdas. De toute façon de tout temps il y a eu des oppositions par des croyances sans fondement, Galilée en est un exemple, la voiture automobile aussi à ses débuts, les éoliennes actuellement.

    1. XGreen_Tof

      Galilée ne se basait pas sur des croyances mais bien sûr l’observation. Quand à l’automobile, au début elle était présentée comme une amélioration de la salubrité de l’espace public car elle éliminait le crottin de cheval (!) les éolienne quand à elles ont un bilan carbone désastreux si on compare la quantité de GES (notamment du CO2) consommée lors de leur production en regard de l’énergie produite.
      Il suffit de ne pas avoir séché les cours de physique au profit de ceux de finance, de savoir effectuer une simple règle de 3 pour démêler le vrai du faux.

  5. Jérôme

    On ne prend pas en compte le fait que l’augmentation du volume de données augmente aussi la consommation électrique des data center, et peut être aussi la création d’autres data center.

  6. Hello

    Il est intéressant de noter que l’étude mensionne les cas idéaux comme les cas catastrophiques lié à l’effet rebond notamment. Mais que seul les cas idéaux semble avoir été retenu ^^.

    Il est aussi souligné que pour l’ensemble des applications sauf les voitures autonome des alternatives existent actuellement mais que la 5G permettra de toutes les englober.

    Les points phare de l’étude s’axe sur
    Le travail flexible, les réseau intelligent, la conduite intelligente, et l’agriculture de “précision”.

    Hors moins d’1% de la population Suisse à besoin de travailler dans les transports et encore faut-il le vouloir.

    Les réseaux intelligent n’ont pas besoin de gros débit. Des réseau mesh, Lora, sigfox, etc. sont suffisant pour la majorité des cas. La 5G ferai juste exploser les coûts.

    Est-ce que le remplacement du parc automobile actuel par des voitures autonome est réaliste ?

    Et l’agriculture de précision est déjà en train d’émerger avec des entreprises comme ecoRobotix, google et j’en passe. À première vue la 5G ne leur est pad indispensable ^^.

    Sans compter qu’il faut encore que la 5G fasse ses preuvent en déhors des laboratoires

    Dans cette optique les arguments mettant en avant la 5G me semble juste être du marketing pour une nième technologie dont on a pas besoin.

    ABE

      1. Hello

        Pouvez-vous approfondir, s’il vous plait. Votre réponse est un peu simpliste

          1. Hello

            Merci pour le lien. Mais pouvez vous me dire ce que vous avez trouvé stupide dans mon commentaire précédent.

  7. Jérôme

    Encore une autre constatation. Ils parlent du débit et du volume de données mais pas de la couverture du réseau. Car si je ne me trompe pas pour avoir la même couverture que la 4G (y compris dans les habitations), combien d’antennes doivent ils construire. Donc encore une augmentation des émissions du co2 pour la construction des nouvelles antennes et d’électricité pour le fonctionnement de celles ci.

  8. Pedro

    C’est ça le point Jérôme mais xavier veut absolument faire part de ces fausses idées au rouleau compresseur en écrasant tout et en trouvant des idées bidon. En réalité la 5g n’est pas du tout écologique car la portée diminue et donc il faut plus d’antennes. Plus d’antennes, plus de cables, plus de trou, plus de métal, plus de batterie pour alimenter l’antenne lors de coupure de courant, + , +
    Au final ça devient un gouffre sans parler du nombre d appareil non connecté qui n’ont pas besoin de l’être qui le seront…

    Merci de parler des écrans 4k sur du 6″ mais pas mieux la 2k sur du 4″ 😀

    Encore la bétise humaine dans sa plus grande splendeur.
    Xavier ne parle jamais de l’effet dont parlent toutes les études sur le sommeil et la fertilité. Quand est ce que vous citerez ces points ?
    Vous ne lisez pas ? Vous profitez ignorer car cela ne va pas dans votre sens ? La téléphonie, les applications, certains sites sont une drogue, ils ont étudié la psychologie et certains sujets deviennent tout simplement tellement dépendant qu’ils ne s’en rendent plus compte et c’est le principal problème de la dépendance. 1 prendre conscience 2 limité 3 être neutre
    La crise actuelle nous a permis de nous rendre compte que tout tenait très bien pour le moment rien besoin de plus.

  9. Mikael

    Je trouve dommage que Xavier ne réponde pas (et ne prenne pas en compte) les commentaires fondés évoquant le nombre de nouvelles antennes nécessaires, du fait de la portée réduite. S’arrêter à la consommation par unité de data, c’est vraiment regarder le bout de son nez.

  10. Thibauld Guyomarch

    Monsieur Studer, je vous conseille vivement de prendre connaissance de ce que disent des gens comme Jean Marc Jancovici ou Philippe Bihouix qui on visiblement une approche un peu plus globale que l’étude faite par Swisscom.
    Quand à vos réponses concernant les remarques de Hello, je pense vraiment que c’est du niveau « cour de récréation de maternelle ». Si vous voulez prouver une quelconque autorité en la matière de ce que vous traitez, libre à vous de continuer sur cette voie, vous passerez malheureusement très rapidement pour un guignol au détriment du message de fond de vos articles (qui sont souvent fort intéressants).

    1. La 5G nécessite moins d’énergie pour le transfert de données en plus de nombreuses autres potentialités. Le reste est ici hors sujet, n’en déplaise à certains “guignols”. Point barre. (PS: pour le climat: commencez par renoncer aux voitures individuelles et aux vols en avion. Évidemment, c’est pas très populaire.).

  11. Foxband

    Monsieur Studer,

    N’ayant pas lu dans l’étude dans son intégrité, et compte tenu de ce que j’ai pu y lire, je préfère être dans la circonspection, et je ne vais donc pas la critiquer directement – mais plus l’esprit derrière.

    J’ai cependant une question dont je n’ai pas la réponse, et qui, potentiellement, peut remettre en question certaines conclusions, voire l’hypothèse de départ.
    En effet, les fréquences ne sont pas indiquées ; pour le dire simplement, après avoir parcouru le texte, je n’ai pas compris de quelle 5G il s’agissait : pour une étude prospective, c’est un manque guère anodin.
    Partant du principe qu’en 2030, les ondes millimétriques seront exploitées – dites-moi si je me trompe –, je trouve qu’il y a ici une lacune.
    Les ondes millimétriques permettant un très haut débit, mais avec une couverture bien faible, on en vient vite à se demander si la performance écologique sera du même ordre que la 5G « qui n’est pas une révolution mais une simple évolution ».
    Loin des considérations sur la santé – pour une fois –, j’attends tout de même plus de cohérence de ce genre d’étude, et en viens à me demander si nous n’avons pas affaire à un manque d’anticipation bien hypocrite.
    Dans dix ans, ces ondes courtes seront une réalité ; je le dis, je le sais, car je ne m’attends pas à ce que l’on prouve la nocivité de ces ondes. Et nous en connaissons tous le corollaire…

    Ainsi, je vous demande : qu’en est-il de la consommation de ces ondes millimétriques ?

    En outre, j’ai noté la présence d’une petite pépite, et ce, à la page 37.

    Ils se retrouvent à justifier l’emploi de la 5G lors de visioconférences, entre autres, depuis la place de travail habituel et le domicile. Ils ont raison, mais uniquement parce qu’ils partent du principe que la grande majorité des gens utilisent un wifi supposément un peu trop chancelant.
    Alors, premièrement, établir une dichotomie entre une installation de visioconférence à la pointe (« state-of-the-art » dans le texte) et des ordinateurs portables uniquement connectés à du wifi est une simplification bien arrangeante… il faut le dire – et là c’est une critique que je n’avais pas prévue au départ.
    Et deuxièmement, sachant que vous pouvez parfois être adepte d’une certaine mesure et parcimonie – 5-6 litres d’eau par douche, n’est-ce pas ! –, je vous demande de reconnaître que cela procède avant tout de certains intérêts industriels, et que le remède n’est assurément pas dans l’air du temps !
    Je ne parle pas de l’ultra-flexibilité, de cette hyperconnexion dans les transports ou à la montagne – chacun ses problèmes –, mais bien du domicile et du bureau, qui ont normalement une adresse fixe.

    On n’oublie un peu trop souvent les avantages, et l’existence même de la connexion filaire !
    Dresser ce tableau absurde, avec d’un côté des installations de milliardaires ou de chef d’État, et de l’autre, les gueux avec leur wifi pourri, est un peu facile.

    Il est cependant, d’un point de vue pragmatique, évident que l’on ne pourra pas convaincre tout le monde des vertus du simple câble, solide, flexible et champion en efficacité énergétique.
    Il ne faudrait toutefois pas céder tout le terrain du pragmatisme aux seules forces économiques ; justifier l’intérêt d’une nouvelle technologie par l’utilisation immodérée des connexions sans fil par le grand public, ce n’est pas avoir une réflexion sur les technologies de l’information et la société.
    Je n’attends, bien entendu, pas cela d’une telle étude – ce n’était pas son objectif –, et à vrai dire, de vous non plus, mais j’aurais certainement préféré être surpris en bien.

    À force de lire tous ces communiqués de presse et études, on en viendrait presque à croire que les Suisses sont en majorité des gens du voyage. Il serait bien de ne pas s’inventer des caravanes, et de reconnaître que parfois, les technologies les plus simples sont les meilleures.

    C’est peut-être une divergence sur ce qu’est un pragmatisme utile, mais il s’agit de reconnaître que l’augmentation prévue du volume des données par voie aérienne participe moins d’un jugement que d’un emballement.
    Le stratagème de l’épouvantail – en désignant des guignols – pourra toujours vous sembler rentable sur votre site Internet, mais tant que vous ne saisirez pas que c’est avant tout cet emballement qui échauffe nombre de personnes, et non la post-vérité, vous ne cesserez d’alimenter vos contradicteurs. Mais peut-être faites-vous semblant !

    1. Foxband

      Oups… lapsus: N’ayant pas lu l’étude dans son intégralité*

  12. Pedro

    Hors sujet 😀
    C’est beau l’écologie moderne selon Xavier. Et non ce n’est ni la voiture privée ni l’avion les problèmes principaux. Ce sont les bouteilles en pet et le plastique finissant dans l’océan, les porte container et autres navires au fuel lourd le principal problème. Mais aussi l’encre non biodégradable sur les papiers-cartons, la production par de gros pharmas Suisse produisant et polluant à l étranger car les normes sont moins strictes comme en Inde.
    C’est con car cela ne touche le pauvre citoyen mais des grosses entreprises et les politiciens touchent moins de pot de vin du peuple que des grosses entreprises donc autant attaquer et taxer le pauvre peuple.
    Mais oui la téléphonie et le gaspillage lié et l’énergie grise dépensée là autour est tout aussi ridicule. Un téléphone ont des composants qui viennent d Afrique et des quatre coin de la planète qui vont se retrouver en Asie pour être produit et assembler pour être vendu ici. C’est bien pire que de prendre un vol pour aller s éduquer dans les musées anglais par exemple que de changer chaque 6 mois de smartphone.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.