High-tech: Qualcomm met le paquet sur les objets connectés…

  • Post last modified:24/07/2021
  • Post comments:5 commentaires
Huawei Watch 3 sur HarmonyOS.
Huawei Watch 3 sur HarmonyOS.

L’Américain Qualcomm a présenté cette semaine sa vision globale des multiples objets connectés. Le fabricant de microprocesseurs a notamment évoqué ses investissements croissants dans les plates-formes et a annoncé le nouveau programme d’accélération de l’écosystème Qualcomm Wearables.

Il faut dire que depuis de nombreuses années Qualcomm collabore avec une grande partie de l’industrie mobile et nomade. Le fondeur a ainsi évoqué ses relations commerciales avec plus de 60 sociétés du secteur des wearables, telles que Arm, BBK, Fossil, Oppo, Verizon, Vodafone et Zebra, qui participeront à son programme.

Des chiffres impressionnants à première vue

Certains chiffres donnent en effet le tournis. Dans un communiqué de presse, Qualcomm indique qu’au cours des cinq dernières années, il a livré plus de 40 millions d’unités dans plus de 100 pays. Au total, il a collaboré avec plus de 75 fabricants d’appareils et plus de 25 fournisseurs de services tout en expédiant plus de 250 produits liés aux objets connectés.

Concrètement, ce dernier chiffre signifie qu’il a permis, en moyenne, à un nouveau produit par semaine de voir le jour! «Le marché des wearables a augmenté de 21% d’une année sur l’autre et ne montre aucun signe de ralentissement», a déclaré Jitesh Ubrani, directeur de recherche, WW Mobile Device Trackers chez le consultant IDC.

Objets connectés: la vision de Qualcomm.
Objets connectés: la vision de Qualcomm.

Que de défis!

Pas d’euphorie toutefois. Pour les industriels, certains ne percent pas comme prévu et doivent se contenter, par exemple, des miettes laissées par Apple et son Apple Watch. Google, qui vient de relancer son système d’exploitation Wear OS avec Samsung, en sait quelque chose! Les deux géants feront-ils mieux ensemble?

Enfin, pour le consommateur, ces appareils sont trop souvent le symbole même de l’obsolescence industrielle, d’une certaine fragilité, voire d’une autonomie absolument ridicule. Sans parler des problèmes de compatibilité. L’énergie requise par ces appareils, qui utilisent presque toujours des accumulateurs non standardisés et souvent non remplaçables, est au cœur de nombreuses limitations…

Xavier Studer

Qualcomm dévoile da vision des objets connectés.

Cet article a 5 commentaires

  1. redge73

    Merci, le dernier paragraphe résume toute la bêtise industrielle anti écologique !
    RTOS = Real Time Operating System

  2. Nycko

    La bêtise est de vouloir acheter une montre connectée qui fait + que le nécessaire. La seule viable était la première galaxy gear avec un vrai écran et toutes les fonctions d’un téléphone caméras comprises. Aujourd’hui l’achat d’une watch comme A Watch vous permet pas les appels whatsapp avec caméra et vous devez avoir votre Smartphone….
    Pour les sportif pas besoin de se ruiner. Il y a les Band 6 de Huawei ou Xiaomi qui sont complets avec le spo2 pour maxi 70 francs, puis pour ceux qui veulent un gps il y a Huawei qui a un bracelet comme le Band 6 + gps moins de 130 frans.
    Ces trois bracelets ont une autonomie de plus d’une semaine….rien à voir avec Apple bien plus complet (qu’on entend) mais sans réelle autonomie et limitée à ce qu’Apple veulent….c’est à dire limiter juste assez pour ne pas pouvoir vivre sans le Smartphone qui va avec.

    1. TommyB

      C’est totalement faux: l’Apple Watch est autonome, pas besoin d’Iphone pour sortir avec et déjà faire pas mal de choses utiles. C’est une des seules montres parmi toutes celles que j’ai possédé qui détecte correctement l’activité, qui a un GPS précis et qui ne vous lâche pas en plein run (ça m’est arrivé entre autres avec une Galaxy) Elle a un écran tactile qui répond bien et qui est très lisible alors que sur beaucoup de montres de sports le tactile quand il existe est parfois capricieux et la lisibilité de l’écran c’est soit écrit trop petit soit pas bien géré pour être vu correctement en plein soleil. De plus l’Apple Watch est capable de passer et recevoir des appels en main libres ou dans des écouteurs connectés, vus pouvez répondre avec la voix aux messages que vous recevez, la translation en texte fonctionne bien pour une fois. L’Apple Watch est capable de détecter une chute voire même un accident et d’appeler les secours. Elle a aussi un cardiofréquencemètre précis et propose même un ECG fiable qui n’a rien avoir avec ce qu’on peut trouver sur certaines montres chinoises (spo2 ? Hahaha…. quelle plaisanterie). Quant à l’autonomie, hors ultra trail ou marathon, chez Monsieur-Madame tout le monde pour le sport en général elle suffit pour une journée pleine. La nuit il faudra la poser sur son chargeur à induction et ne pas dormir avec, et ce n’est pas plus mal d’ailleurs. Grâce à un système ingénieux, le bracelet peut être échangé facilement en deux secondes tout en conservant une très bonne résistance à l’arrachement et si on ne veut pas se ruiner avec de l’original il y a pléthore de modèles « alternatifs » pour trois fois rien. Je m’en sers au quotidien et j’attends toujours un sérieux concurrent pour la remplacer. Je suis impatient de voir ce que va nous pondre la concurrence avec ces nouvelles alliances car pour le moment, sur pas mal de points l’AW est indécrottable.

      n.b. : la batterie peut être remplacée sur un Apple Watch. Ce n’est pas un Walkman, ça passe forcément par un spécialiste agréé et non, ce n’est pas gratuit (95.60 CHF) Je vous renvoie au support Apple pour plus d’infos: https://support.apple.com/fr-ch/watch/repair/service/pricing.

      Quae sunt Caesaris, Caesari!

  3. Silvio6

    Les montres whithings m’attirent plus: tres bonne autonomie de plusieurs jours, simple, et ressemble a une jolie montre (ronde). Je ne sais pas pour la fiabilité par contre.
    Jamais je n’utiliserai une montre que je dois recharger chaque jour .. et pourtant j’ai un iphone. Ca me suffit cette dépendance a un chargeur chaque jour.

  4. Kiwi

    n effet, les accumulateurs non standardisés et un non sens, mais ce n’est pas le seul problème…
    Foncer tête baissé sur le électriques, ne résout rien et ne fait que déplacer le problème.
    Il ne faut pas oublier l’augmentation phénoménale des besoins en éléments chimiques pour la fabrication des batteries, comme l’extraction et les gisements sur terre et au fond des océans, du nickel, cuivre et cobalt, mais aussi les métaux rares tels que le molybdène, lithium et titane.
    Elles nécessitent également d’enormes quantités d’eau.
    La prétendu solution pour abaisser nos émissions risque donc en catimini de nuire plus gravement encore à l’environnement et elle n’as absolument rien de durable

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.