Le problème des accus: vers une nécessaire normalisation mondiale?

  • Post last modified:25/07/2021
  • Post comments:22 commentaires
Des accumulateurs de toutes les tailles, de toutes les formes...
Des accumulateurs de toutes les tailles, de toutes les formes…

De plus en plus d’objets autour de nous sont connectés et alimentés par des accumulateurs souvent produits en utilisant l’énergie du charbon… Non seulement le bilan écologique des produits dits «verts» est discutable, mais cette caractéristique les rend rapidement obsolescents! Que font les agences internationales? Pourquoi n’y a-t-il pas de normes?

Que diriez-vous si en achetant un véhicule si on vous disait que son obsolescence était rapidement programmée? C’est ce qui se passe aujourd’hui non seulement avec ces engins souvent vendus à tort comme verts, mais aussi pour d’innombrables appareils électroniques. Et alors que des véhicules vieux de plus d’un siècle roulent encore, la plupart des appareils sur batterie cessent de fonctionner quelques années après leur fabrication.

Des fabricants hors de contrôle

Et pas de chance! Notamment pour favoriser l’innovation, chaque fabricant y va de sa connectique, de ses spécificités et de sa technologie. Rien à voir avec votre récepteur FM historique vieux de plusieurs décennies peut-être et qui fonctionne encore avec quatre piles (non, pardon deux, comme le réclamait Pierre Desproges dans son fameux sketch sur les piles…).

Le problème est clair: non seulement les accumulateurs de nos smartphones, montres connectées, ordinateurs et autres ne sont souvent pas interchangeables en ouvrant un quelconque capot, mais la plupart du temps pas du tout remplaçables… En plus, au bout de trois à quatre ans, les pièces de rechange deviennent indisponibles et il faut tout changer… Y compris sur certains vélos électriques, par exemple.

Des pouvoirs politiques dépassés

Si les différents pouvoirs en place, notamment au niveau global, faisaient leur travail au lieu de s’empiffrer de petits fours et d’échanger des banalités dans des sommets planétaires vides de substance, comme à Davos, il se seraient peut-être interrogés sur la nécessité de normes en la matière, comme il en existe pour le DVB-C, le DAB+, la FM, le Bluetooth, l’électricité, etc. Une priorité, compte tenu de la montagne de déchets électroniques, non?

Bref, n’épiloguons pas sur l’incurie et l’illettrisme technologique de nos politiques. Mais alors que ces derniers veulent tout faire passer par le mode électrique (sans savoir comment produire l’électricité nécessaire d’ailleurs…), peut-il qu’il serait bien qu’un de ces «machins» internationaux qui nous coûtent très très cher se penche sur le problème, c’est-à-dire: définition de types d’accus interchangeables, normes, recyclage, etc.

Xavier Studer

Cet article a 22 commentaires

  1. Anjoco

    Mon épouse a acheté un vélo électrique KTM doté d’un équipement électrique Panasonic (moteur et batterie) il y a 7 ans. Vu son âge la batterie a soudainement perdu en autonomie et il n’est plus possible de faire 30 km sans recharge.
    Panasonic a stoppé la fabrication de ce modèle de batterie après 5 ans et aucun stock n’est disponible. Contrairement à Bosch qui garantit ses pièces de rechange jusqu’à 10 ans, Panasonic se moque éperdument de la durabilité. Impossible de brancher une autre batterie, le module électrique de contrôle refuse tout autre modèle de batterie. C’est un comble ! Une obsolescence très programmée de la part de Panasonic.
    Pour mon propre vélo électrique Scott avec équipement électrique Bosch de 8 ans d’âge je viens de remplacer la batterie sans problème.

    1. Rouven

      Il existe des entreprises qui reconditionnent les batteries de vélos électriques. Si tu cherches « reconditionnement batterie vélo » dans ton moteur de recherche préféré tu vas en trouver plusieurs.

    2. TommyB

      Même remarque que vous Anjoco concernant mon e-vtt avec batterie Bosh, je me demandais jusqu’à quand les batteries de remplacement allaient être disponibles et l’inacceptable éventualité de devoir jeter le vélo à terme en cas de non disponibilité.

      Il est temps que nos politiques prennent les choses en main et fassent passer des lois pour régir tout ça.

      @ Rouven: effectivement j’ai vu une vidéo ou les cellules étaient remplacées mais je en sais pas si c’est possible pour toutes les marques et tous les modèles.

  2. Nicolas

    Cela démontre très bien que les politiciens ne travaille pas pour le peuple, mais travail surtout pour les lobby qui les arrosent.

  3. Tricoline

    L’UE programme pour 2035 la fin des voitures neuves thermiques !
    .
    La gestion des batteries (construction et dé-construction) et des stations de recharges nous promet un max de problèmes planétaires et de pollutions inédits.

    Pour produire l’électricité on nous annonce des hectares de panneaux photovoltaïques et …. des batteries pour le stock tampon… !
    .
    La planète court à sa fin, son unique prédateur sera éliminé, la vie pourra reprendre sous d’autre forme, peut-être ?

  4. Joël

    Sans parler des milliers de tonnes de cuivre pour les voitures et les bornes de charge, dans quelques années le cuivre vaudra de l’or !

  5. Alexandre

    Est-ce qu’une personne ou un organisme a simulé et documenté la demande en énergie en suisse si tout le monde passe en électrique ?

    1. Jack

      Oui, l’EPFZ et ABB (plus d autres probablement). Je n ai plus les sources mais de tête on parle de 10% à 20% d augmentation.

  6. Nycko

    Nous suivons la mauvaise voie par la faute des lobbys en ce qui concerne la voiture et les moyens de transport en général.
    Il fallait misé sur le Moteur à pile à combustible (FCEV)
    Le véhicule est propulsé par l’énergie électrique générée par la réaction de l’hydrogène (H2) avec l’oxygène (O2) dans la pile à combustible. Cette réaction produit de l’eau et c’est donc de la vapeur qui est émise. Il ne s’agit plus seulement d’une vision futuriste: environ 1600 camions à pile à combustible du constructeur coréen Hyundai devraient circuler en Suisse d’ici 2025. Un réseau de 30 stations-service de H2 doit être déployé simultanément.
    Mais voilà, une fois de plus les Us imposent leur vision via Tesla et comme toujours personne réagit.
    Ils ont détruit des régions entières pour leur Gaz en déstabilisant les sols, sont les plus gros pollueurs en étant seul. 360 millions et remettent ça et nous inondent de piles inutilisables et pas reprises chez eux après 5 à 8ans et se frottent juste les mains ..minables.

    1. Agtek

      Avec l’énergie qu’il faut à une voiture à pile hydrogène, vous ferez avancer 3,5 véhicules électriques au moins donc problème encore pire. Car le rendement de la production puis consommation verte d’hydrogène est de 20-30% contre 70-80% pour une voiture électrique. Sans compter que les pacs ont une faible durée de vie. Technologie pas mûre l’hydrogène.

      Quant à l’avis de XS, certe une voiture d’il y a 100 pourrait rouler (en ayant changé xombien de pièces) mais à quel prix niveau pollution (CO2, particules, etc.)? Pour un blog « high tech » vous avez un train de retard sur la question des véhicules électriques.

  7. Niblas

    Vous avez entièrement raison, il faut standardiser tous ces accus, si les chargeurs ont été standardisés, il faut acheter un nouveau à chaque fois qu’on achète un nouvel appareil donc pas beaucoup d’économie et toujours des déchets pour les centres de récupération, pour autant que les gens fassent l’effort de les recycler.

  8. Kiwi

    En effet, c’est plus que discutable, mail il n’y a pas que le problème de normes…
    Foncer tête baissé sur du tout électriques, ne résout rien et ne fait que déplacer le problème
    Il ne faut pas oublier l’augmentation phénoménale des besoins en éléments chimiques pour la fabrication des batteries, comme l’extraction et les gisements sur terre et au fond des océans, du nickel, cuivre, cobalt ainsi que les métaux rares tels que le molybdène, lithium et titane, mais aussi les quantités enormes d’eau que qu’elles nécessitent
    La prétendu solution écologique risque donc en catimini de nuire plus gravement encore à l’environnement et elle n’as absolument rien de durable

    1. TommyB

      Il y a énormément de théories totalement obsolètes au sujet des voitures électriques qui sont régulièrement relayées alors que les technologies ont passablement évoluées. Je vous recommande cette vidéo non sponsorisée, c’est un gars qui a pris le temps d’analyser la situation et donne un point de vue intéressant et sans véritable parti pris :

      https://youtu.be/BCoSzbQZRIU

  9. Plam

    La voiture électrique est discréditée par divers lobbys qui s’allient pour défendre des intérêts totalement opposés: les écolos totalement idéalistes qui espèrent rien d’autre que la fin du transport individuel, les constructeurs traditionnels qui ne sont pas encore technologiquement prêts et retardent simplement l’échéance avec de l’hybride, et enfin les pétroliers qui comptent bien recycler leur schéma traditionnel avec de l’hydrogène produit de manière tout aussi polluante et présentant un rendement énergétique largement défavorable qui n’est éventuellement compétitif que pour les poids-lourds…

    Ce n’est pas parce qu’on est publié dans le Monde qu’un article est plus fiable cher Xavier; faites plutôt confiance aux journalistes locaux et regardez ce documentaire par exemple: https://www.cineman.ch/fr/film/2020/Acontresens

    1. Xavier Studer

      Que voulez-vous, commencer par faire rouler 2,2 tonnes pour déplacer un gars de 75 kilos, c’est pas terrible… Sans parler de l’éco-bilan déplorable de la plupart de ces véhicules (production au charbon, perte d’énergie pendant le transport, de la batterie, etc…) Heureusement que le rendement énergétique des moteurs électriques et très favorable, sinon, ce serait une catastrophe totale. Cela dit, dans les pays où l’électricité est produits avec du charbon, l’électrique fait bien pire que de l’essence… Pour le reste, je vous suggère cette page instructive: https://www.afis.org/La-transition-energetique-dans-le-secteur-des-transports
      PS. J’oubliais, le nucléaire est présenté comme produisant peu de CO2, mais à quel prix? Lucens (pour revenir aux talents des locaux), Tchernobyl, Fukushima…

      1. Plam

        En attendant les solid state batteries sans terres rares et ne nécessitant pas de régulation thermique, le surpoids des voitures électriques est indéniable si on fait le choix d’une seule voiture pour couvrir tous les usages. Or contrairement à un SUV thermique de même masse très apprécié en Suisse, il est démontré qu’un véhicule électrique récent gagne en efficience grâce à l’énergie cinétique qu’il est capable d’emmagasiner, et donc de réutiliser lors des phases de freinage ou de décélération. Cette redistribution d’énergie dans les batteries permet au véhicule de gagner en autonomie et le surplus de consommation d’électricité est donc partiellement compensé, voire récupéré à 95% grâce à l’énergie cinétique supplémentaire; il suffit de monter un col et de redescendre par le même chemin pour s’en persuader. Le seul réel handicap du véhicule électrique n’est donc pas son poids, mais plutôt la température extérieure et la résistance au roulement (pneus, CX). Et si on ne peut guère influencer la météo, réduire sa vitesse de 125 à 115 km/h suffit à prolonger sensiblement l’autonomie, ce qui permet de se contenter d’une plus petite batterie…

      2. Agtek

        M. Studer vous n’en êtes pas à une contradiction près. L’article du monde que vous citez en exemple précédemment dit que même en Chine (électricité charbonnée) le VE est sur sa durée de vie moins dommageable que le VT… Certes pas de voiture individuelle est mieux qu’un VE mais soyons réalistes c’est pas pour dans les 20 prochaines années alors il faut faire avec les moyens actuels donc les VE.

        1. Xavier Studer

          Vous ne savez pas lire? « Autre exemple cité par François Piot, la Chine, où 74% de l’électricité est produite avec 6’000 centrales thermiques à charbon. Ici, une voiture électrique produite et circulant en Chine, dotée d’une batterie fabriquée sur place, devra parcourir 180’000 km avant de commencer à compenser les émissions de CO2 qui ont été nécessaires à sa fabrication ». Edifiant.

          1. Agtek

            Apparemment mieux que vous puisque la durée de vie étant estimée à 198000 km( de manière conservatrice apparemment), il reste, de très peu mais tout de même, devant le VT. Et, scoop du jour, on vit pour notre plus grand plaisir eu Europe et pas en Chine donc le VE est très intéressant par chez nous. Évidemment encore beaucoup plus s’il est produit sur place et non en Chine comme certaine marques le font. Du coup vous n’avez pas édifié grand chose ni grand monde…

          2. Xavier Studer

            Je vous renvoie au titre de l’article, qui résume bien la problématique: « Le véhicule électrique, pas toujours si vertueux », qui indique bine qu’il ne tient pas compte de tous les paramètres. Je n’ai rien contre une technologie ou l’autre, mais ça montre la complexité de produire un écobilan valable… Le tableau au bas de cet article est par ailleurs très éclairant: https://www.afis.org/La-transition-energetique-dans-le-secteur-des-transports

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.