Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Netflix fait trembler UPC Cablecom, qui lance une offre illimitée

UPC Cablecom va produire sa propre série TV en plus de lancer MyPrime.

UPC Cablecom va produire sa propre série TV en plus de lancer MyPrime.

Avant l’arrivée en Suisse du spécialiste du streaming Netflix, UPC Cablecom lance MyPrime. Pour 9,95 francs par mois, il est possible d’accéder de façon illimitée à une vidéothèque. Les clients ayant souscrit une offre combinée peuvent déjà utiliser MyPrime.

Plusieurs milliers de classiques du cinéma, émissions pour enfants, séries et documentaires sont au menu. Par ailleurs, son contenu ne cessera de s’accroître, selon un communiqué de presse diffusé mercredi. Reste une question fondamentale. Est-ce qu’UPC ne donne pas ainsi indirectement plus de visibilité à Netlix presque inconnu en Suisse…

Le CEO est optimiste. J’apprécie tout particulièrement les grands classiques du cinéma. Étant Américain, je suis ravi que MyPrime propose de nombreux films en version originale anglaise. Je ne suis toutefois pas uniquement amateur de films passionnants et divertissants, mais aussi de séries et de documentaires», précise Eric Tveter, CEO d’UPC Cablecom.

UPC Cablecom devient producteur!

A l’occasion du lancement de MyPrime, UPC Cablecom a pris une initiative singulière pour un téléréseau: elle va produire sa propre série télévisée. Rien que ça. La réputée scénariste suisse Katja Früh (« Der Bestatter »/Lüthi und Blanc) écrit conjointement avec Patrick Frey les douze épisodes de la série «Fässler-Kunz». On dirait du Netflix, non?

Les clients possédant un boîtier décodeur pourront découvrir cette série dès le début décembre via MyPrime. Elle sera en outre disponible sur internet. Vous obtiendrez de plus amples informations concernant MyPrime sur upc-cablecom.ch/myprime. Comme quoi, le nerf de la guerre semble bien être le contenu!

Xavier Studer

 

15 commentaires pour “Netflix fait trembler UPC Cablecom, qui lance une offre illimitée

  1. marco
    04/09/2014 à 8:03

    Je ne suis pas certain que netflix soit un concurrent pour cablecom, peut être par rapport à son bouquet tv, mais netflix risque bien de dopper ses ventes d’accès internet haut debit, car netflix diffuse de la 4k et faut mini 15m de bande passante.
    Moi je vois netflix plutot comme un concurrent, bien sur du service vod des opérateurs c’est certains, des chaines de tv et surtout ciné et canal+.

    • Tricoline
      04/09/2014 à 8:19

      Netflix ne sera pas un conçurent de canal plus ni de ciné plus vu que ces derniers diffusent des films récent en même temps que leur sortie en DVD.

      Netflix est plutôt similaire à myprime avec des séries et films déjà connus et pas de toutes dernières fraîcheurs !
      C’est plutôt une chaîne comme TCM qui va en pâtir, car chez certains fournisseurs elle est payante.
      Dans un articule paru dans le presse écrite, UPC Cablecom annonce ne pas diffuser Netflix ce qui n’est pas tout à fait correcte, Netflix ne sera pas présent dans les apps des box de UPC mais disponible via une smart TV ou une Apple TV il suffira de brancher les TV compatibles à l’Internet, et d’avoir un débit suffisant !

      • Markk
        04/09/2014 à 10:18

        Pour le moment Netflix a décidé de ne pas s’attaquer à la « chronologie » des film/série. Sa priorité à court terme est de s’implanté comme acteur VOD. Une fois que cela sera fait, sa stratégie sera d’attaquer le régime d’exclusivité de Canal+ (quoi soit dit en passant, a usé de toute son influence auprès de Paris pour que Netflix ne puisse légalement pas la concurrencer sur son marché) et de cette « chronologie » des film/série. C’est bon pour le public !

      • marco
        04/09/2014 à 10:57

        Voir le jour ou Netflix va sortir une « netflix box » pour finir de calmer les opérateurs qui ne veulent pas mettre l’app dans leur box.

  2. gregory
    04/09/2014 à 8:24

    Comme s’il n’y avait déjà pas assez de chaînes qui usent et abusent de « classiques » vu et revus. Qui veut payer un supplément pour cela ?

    • Tricoline
      04/09/2014 à 8:51

      Il y en a plus que tu crois Grégory !

      Ce sont ceux qui veulent voir un film bien précis au moment de leur choix, ce qui n’est pas possible en regardant la TV classique, même avec du replay disponible sur 7 jours.

      Vu le succès de Netflix aux USA cela signifie que le potentiel existe.

      • Yannick
        04/09/2014 à 10:06

        Et si je peux rajouter…

        L’offre cablecom est majoritairement en allemand et franchement pas terrible…

        Netflix a l’avantage de la quantité de contenu et j’espère qu’il y aura aussi la diffusion des séries / épisode le jour de leur diffusion au US… Perso payer 10.- pour être dans le cadre légal et pouvoir regarder un film quand on le veut ça ne me déplaît pas…

        Malheureusement comme cablecom et leur vod c’est cher, limité et pas mature donc à voir…

      • gregory
        04/09/2014 à 11:11

        Je laisse le bénéfice du doute à Netflix dont je ne connais pas le catalogue, par contre sur UPC et sans doute bientôt Swisscom ne font que plonger dans le catalogue qu’ils offrent actuellement, ca sera bien trop mince mais si la flexibilité est bien sûr un plus.

  3. Val
    04/09/2014 à 10:29

    J’aimerais bien pouvoir regarder des séries en replay à volonté. Pas forcément besoin des tous derniers épisodes.

  4. marco
    04/09/2014 à 10:55

    Netflix étant basé au luxembourg, il peut faire ce qu’il veut pour la chronologie des médies, chronologie que ne s’applique qu’à la france (loi française) et donc pas à nous territoire helvétique 🙂

    • Markk
      04/09/2014 à 3:29

      C’est pas tout à fait correct (en ce qui concerne la chronologie des média) :

      Aujourd’hui, Canal+ acquiert les droits exclusifs de certains films pour la Suisse. Par conséquent, la RTS ne peut diffuser les films que 12 à 18 mois après la chaîne à péage française – soit 21 à 27 mois après la sortie en salle (note: car Canal+ suit la chronologie française, qui s’applique également en Suisse par ricochet). Si aujourd’hui Netflix ne peut obtenir les droits d’un film que 36 mois après sa sortie en salle, elle tentera de contourner le problème en diffusant en France depuis le Luxembourg. En retour, la France pourrait décider de ramener la fenêtre à 22 mois pour protéger la SVOD française, Canal play en tête. Ceci bouleversera de manière significative le paysage audiovisuel et la programmation du cinéma.

      Pour ce qui est des séries, c’est différent : il n’existe pas de chronologie officielle, c’est le premier et/ou celui qui paie le plus qui décide. Lorsque Canal+ achète une série, il demande l’exclusivité de diffusion pour la Suisse pendant une année (exemple Mad Men). Par contre, il existe quelques séries que la RTS peut diffuser en même temps voire même avant (Homeland, Vikings, ou encore Game of Thrones), notamment si ces séries sont d’abord exploitées par OCS (Orange Cinéma Séries) qui n’est pas commercialisé en Suisse, et par conséquent qui ne prend aucune exclusivité par rapport à la RTS.

      A lire sur le blog de Gilles Marchand (http://www.gillesmarchand.ch/2014/05/27/netflix-debarque-aux-abris/)

      Pour ce qui est du Luxembourg et de Netflix, je ne sais pas comment cela va se passer. Peut être à coup de gros sous entre Netflix et Canal+ pour acquérir les droits d’exclusivité.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :