Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Ericsson tutoie les 4,3 Gibagits/sec en 5G avec des ondes millimétriques

Pose d'une antenne 5G Ericsson.

Pose d’une antenne 5G Ericsson.

L’unité recherche et développement d’Ericsson continue de repousser les limites de débits de la 5G. Dans ses laboratoires de Kista à Stockholm, l’équipementier a atteint une vitesse record de transfert de quelque 4,3 Gigabits/sec en utilisant des ondes millimétriques.

Grâce à huit porteuses regroupant 800 MHz de spectre d’ondes millimétriques, les ingénieurs d’Ericsson ont atteint la vitesse 5G la plus rapide à ce jour, selon eux. Cette étape a été franchie lors de tests d’interopérabilité réalisés avec des solutions commerciales, qui devaient débarquer dans les commerces en 2020.

Pour le jeu vidéo, vraiment?

L’entreprise suédoise a notamment eu recours à un modem Qualcomm Snapdragon X55 5G. Selon lui, cette percée serait une bonne nouvelle pour certains cas d’utilisation de très haut débit mobile, comme les jeux multijoueurs, les jeux en réalité augmentée et la diffusion de vidéos riches en continu.

«Pour replacer ce débit de 4,3 Gigabits/sec dans son contexte, cela équivaut à télécharger une heure de contenu en ultra-haute définition en 4K, à partir d’un service de streaming en seulement 14 secondes», selon Per Narvinger, responsable des réseaux de produits chez Ericsson, cité dans un communiqué de presse. Mais que penser de tout cela?

Quelles perspectives?

Pour commencer, il faut préciser qu’en Suisse la 5G n’est actuellement pas proposée sur des ondes millimétriques. Alors que la mise en service de la 5G sur la bande des 3,5 GHz prend du retard, son déploiement sur des fréquences millimétriques (De 24 à 71Ghz environ)  arrivera bien plus tard, même si l’Union internationale des télécommunications (UIT) a posé récemment les premiers jalons.

Sur le fond, cette prouesse pose quelques questions. Même si les usages nomades ne cessent de se développer, on peut s’interroger. Pourquoi ne pas plutôt utiliser de la fibre, plus stable et ne se limitant pas aux limites législatives en matière de rayonnements non ionisants pour atteindre de tels débits, plutôt destinés à une multitude d’utilisateurs?

D’ailleurs, l’usage des fréquences millimétriques n’ira pas sans poser quelques problèmes compte tenu de la difficulté à les utiliser notamment pendant des intempéries (pluie, neige, etc.) Lors du MWC 2019, j’avais notamment eu l’occasion de discuter de ces problèmes avec différents participants…

XS

10 commentaires pour “Ericsson tutoie les 4,3 Gibagits/sec en 5G avec des ondes millimétriques

  1. Denis Sedlatchek
    16/02/2020 à 08:18

    Pour ma part, hier soir, aux Diablerets, zone du Belvédère, en pleine vacances vaudoises, je devais tutoyer entre 1 et 50 Ko/s (Swisscom). A peine de quoi afficher une page du Teletext, alors que je voulais voir le match du FC Sion…

    • Pierre
      16/02/2020 à 09:18

      Tu l’as échappé belle, vu la cacade présentée par les Valaisans …

    • 18/02/2020 à 09:33

      Il n’y a “que” deux antennes aux Diablerets … au village et au dessus du village du côté d’Isenau donc au Belvédère, c’est le pire endroit car l’antenne du glacier n’est pas si loin que ça …

  2. Pedro
    16/02/2020 à 10:20

    Merci xavier de remettre en cause ces débits et leur utilité tout comme le problème de la portée réduite 🙂

    Plus qu’à faire un article sur la résolution approximative d’un œil humain en megapixel et les gens comprendront peut être que plus de 200ppi quelque soit le device ne servent à rien à part consommer plus de batterie pour alimenter le plus gros gpu nécessaire et les pixels inutiles de l’écran donc 100% pas écolo vu qu’il s’agit d’énergie gaspiller pour rien du tout comme on ne peut physiquement pas les voir. On nous vendra peut être des lentilles à zoom optique/numérique pour pouvoir voir de la 4k ou 8k qui s’est ? 🙂

  3. Chrisge
    16/02/2020 à 11:12

    Pour rebondir sur ses 2 commentaires, franchement ça sert à quoi cette course à la vitesse à tout prix ?

    1h de vidéo 4k chargée en 14 sec !

    Mais il faudra toujours 1h pour la visionner !

    Il faut d’abord que la 4G+ spot vraiment disponible PARTOUT en suisse contrairement aux cartes de couverture fantaisiste des Nos opérateurs menteurs …

    Et on pourra visionner ce qu’on veut à des vitesses utilisables par tous …

  4. giovanni
    16/02/2020 à 12:58

    La Food and Drug Administration (FDA) – l’équivalent américain de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) – est catégorique. Au terme d’un examen au long cours d’une multitude d’études menées entre 2008 et 2019, le gendarme américain de la santé a assuré ce mardi n’avoir décelé « aucun effet nocif quantifiable sur la santé humaine causé par une exposition aux limites d’exposition actuelles des téléphones portables ou en dessous de celles-ci ».

    Est pour la 5g

    La FDA ne craint pas la 5G

    En ce qui concerne la 5G, qui cristallise nombre de craintes, y compris dans l’Hexagone, la FDA se veut plus circonspecte. Si celle-ci considère toujours la 5G comme sûre sur la base des dernières preuves scientifiques portées à son attention, elle a toutefois indiqué être attentive aux impacts potentiels de cette nouvelle technologie.

    • Oreille
      17/02/2020 à 02:50

      Et nos chers amis américains ont testé bien entendu durant x années les effets des ondes millimetriques sur le vivant, le beam forming sur des devices du marché existants…

      Ils sont forts et en avance tout de même 🙂
      Ont-ils une 5g spéciale ? Pas celle de Huawei, c’est certain.

    • Pedro
      17/02/2020 à 19:08

      Ce sont les Américains aussi qui ont mis du fluor dans l’eau potable pour éviter les caries… Allez regarder le résultat maintenant après des années de surdose de fluor.

  5. Tricoline
    16/02/2020 à 16:26

    Les ondes millimétrique c’est un miroir aux alouettes !
    Il faut être en vue directe, c’est à dire pas d’obstacle entre les 2 points à connecter, même pas un arbre, pas de pluie dense, pas d’épais brouillard, donc inutilisable en déplacement (sauf dans un désert plat).
    La réception satellite est basée sur des ondes millimétriques, très sensibles aux perturbations de tout genre (un gros orage et plus d’image)

  6. Pedro
    22/02/2020 à 09:55

    On pourrait remplacer ces ondes par celles du spectre lumineux. Il y a eu un projet de li-fi mais plus entendu parler. Encore plus problématique que des ondes radio au niveau perturbation mais pourquoi pas si cela n’affecte pas la vue en balançant un laser invisible dans les yeux. On pourrait utiliser les lampadaires/lampes très efficace en ville ou dans les bâtiments.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :