High-tech: le test multimédia de la Huawei Watch GT 2 Pro

  • Post last modified:19/10/2020
  • Post comments:12 commentaires
La Huawei Watch GT2 Pro et son bracelet en cuir.
La Huawei Watch GT2 Pro et son bracelet en cuir.

Huawei persiste et signe dans le domaine des montres et bracelets connectés. La très complète Huawei GT 2 Pro doit aller encore plus loin que les deux montres de la même veine lancée cette année à savoir les Huawei Watch GT 2e et Huawei Watch GT 2. Qu’en est-il vraiment? Test multimédia!

La Huawei GT2 Pro, l’ultime montre sportive étanche et connectée du Chinois, se distingue par son bracelet en cuir gris et sa bonne facture générale. Contrairement aux deux modèles précédents, cette version en titane est livrée avec un chargeur magnétique sans contact qui se colle au dos de la montre. Une belle évolution!

Une riche interface

Après une charge initiale, qui confère à cette montre entre quelques jours et jusqu’à deux semaine d’autonomie selon les réglages et l’utilisation, vient le moment de la mise en marche. A la suite d’un démarrage rapide, qui passe par le coupage en Bluetooth à son smartphone, l’interface de la montre se dévoile. Les deux boutons sur la droite complètent le fonctionnement de l’écran OLED tactile, de très belle facture.

Un petit coup de haut en bas permet d’afficher une série de raccourcis comme «ne pas déranger» ou «montrer l’heure» ou encore «alarme» ou «paramètres». Un glissement de la gauche vers la droite permet de revenir en arrière dans l’interface. De manière générale, le bouton du haut permet de naviguer dans les menus. Celui du bas permet d’accéder aux différents sports ou peut aussi être paramétré pour une utilisation spécifique.

Mesure du SpO2

Pour ce qui est des points forts, comme pour les versions précédentes, cette Huawei GT2 Pro mesure la concentration d’oxygène dans le sang SpO2, en plus de pouvoir suivre une centaine de sports grâce à son nouveau capteur cardiaque, qui serait boosté à l’intelligence artificielle, selon ses concepteurs. Cédée dès 299 francs, cette montre rehaussée d’une glace saphir permet désormais de suivre le ski ou le golf en plus de la course à pied (avec mesure du VO2 Max), du cyclisme, etc.

Et dans la réalité? La navigation dans les menus est parfois entachée de certaines petites saccades. Même si l’on finit par s’habituer, c’est un peu dommage. Sinon, les menus sont bien pensés et l’interface est claire et bien structurée. Différents réglages permettent notamment d’afficher ou non l’heure de manière persistante en choisissant parmi de nombreux cadrans personnalisables.

Mesures comparatives

Pour me faire une idée précise de l’élément le plus important, le cardiofréquencemètre, j’ai comparé les valeurs de cette Huawei GT2 Pro à celles des modèles précédents, mais aussi aux valeurs du capteur thoracique de la Polar Vantage V, qui m’a servi d’étalon, et aussi aux résultats de l’Apple Watch series 5.

Je dois avouer que j’ai été un peu surpris par les premiers résultats affichés par cette Huawei GT2 Pro. J’ai ainsi constaté d’importantes variations par rapport aux données affichées par Polar. On parle parfois de valeurs de l’ordre de quelque 25%, alors que les valeurs affichées par la Polar et l’Apple Watch ne diffèrent le plus souvent que de quelques pulsations.

Une certaine inertie

En pratiquant du vélo, j’ai constaté une certaine inertie du capteur qui peine à suivre les augmentations et diminutions rapides du rythme cardiaque, contrairement aux périphériques connectés de Polar et dans une moindre mesure d’Apple. Il m’a même semblé que ce nouveau capteur n’était pas forcément plus précis que ceux des montres précédentes.

Pendant l’entrainement, une voix en anglais donne différentes indications sur la distance parcourue ou le rythme adopté. Dommage que cet assistant ne parle que la langue de Shakespeare, même si pour de nombreux consommateurs cela ne pose pas de problème particulier. Au besoin, il est possible de désactiver cette fonctionnalité des plus utiles.

Tableau de bord utile

Sur sa montre ou dans l’application santé Huawei de son smartphone, il est possible de revivre ses entrainements grâce au tracé GPS ou de jauger les progrès accomplis. Des indications intéressantes, même si l’on n’arrive pas forcément au degré de précision ou de pertinence des produits taillés exclusivement pour le sport. De nombreuses possibilités de cadrans personnalisés sont par ailleurs proposées: sympa.

De manière générale, précisons que cette montre permet encore de mesurer son stress, de prendre des photos à distance (mode télécommande), de passer ou de recevoir des appels ou encore de piloter la musique de son smartphone, comme le permettent la plupart de ses concurrentes. Des fonctionnalités toujours sympas.

Au final, on a apprécié le design global de cette montre, sa finition, son écran, son bracelet et son écran OLED de belle facture. En matière de mesure cardiaque, toutefois, on reste un peu sur notre faim. Probablement qu’une mise à jour logicielle devrait amener son lot d’améliorations, tant la mesure de la fréquence cardiaque au poignet est une science délicate. A suivre…

Xavier Studer

La Huawei Watch fit.
La Huawei Watch fit.

Et la Huawei Watch Fit?

Pour les personnes souhaitant un design plus allongé et voulant moins dépenser, le constructeur commercialise une Huawei Watch Fit, qui ne pèse que 27 grammes pour une autonomie pouvant tutoyer les dix jours. Un bel écran OLED et un design applicatif de type widget confèrent un look sympa à ce petit accessoire étanche cédé 129 francs.

Si cette Huawei Watch Fit ne possède pas toutes les mêmes spécifications que sa grande sœur, elle est équipée d’un GPS, sans profiter du baromètre de la Huawei Watch GT2 pro, tout en bénéficiant d’un mode de charge rapide. De manière générale, on retrouve les qualités et certains manques de la Huawei GT 2 Pro, notamment son cardiofréquencemètre.

A noter que la Huawei Watch Fit possède 12 cours fitness différents, qui permettent de guider les sportifs en herbe qui veulent faire des progrès. Différents exercices permettent notamment de faire des exercices en intérieur. Contrairement aux montres citées ci-dessus, elle ne permet pas de répondre ou de passer des appels. Un bon rapport qualité-prix compte tenu des fonctionnalités proposées.

XS

Cet article a 12 commentaires

  1. Theo

    Est-ce qu’il est possible de changer de bracelet pour mettre un autre en plastique, pour la piscine, par exemple?

      1. Julmo

        Compatible avec Spotify ? Plutôt léger comme test….

  2. Nim

    il existe deux version de la montre :-), une version classic et une Sport avec le bracelet plastic-

  3. Tmob

    J’ai eu la montre aujourd’hui et demandé un retour le jour même, à ce prix 299€ et possédant un iPhone ils manquant trop de fonctionnalité si on possède pas un Huawei, test du stress, choix du cadran, ajout de la musique pour le reste la mesure de l’oxygène ça a marché une seule fois sur 10. Pas reussi avoir les notifications qui s’affichent en temps réel sur la montre.
    Dommage car esthétiquement elle est jolie la montre.

  4. Ludo

    La mesure du SpO2 peut être intéressante pour éviter des complications liées au Covid. L’OMS ne recommande pas d’oxymètre de pouls (mesure du SpO2), mais le Pr Didier Raoult trouve que ce serait bien que les gens s’équipent de cet appareil qui coûte environ 20 EUR en France.

    Si cette mesure descend en dessous de 90-92%, il faut aller à l’hôpital, surtout avec un test Covid positif. Ce genre d’appareil permettrait d’intervenir très tôt et de limiter les complications en recevant des soins adaptés très tôt.

    Quand vous regardez les reportages sur la prise en charge du Covid (médecin de famille, ambulance), il n’est pas rare que le taux SpO2 soit très bas (80-85%, j’ai même vu un type à 71% qui a été pris en charge par la SAMU et directement intubé, car à ce taux, le pronostic vital est engagé).

    Bref, je ne suis pas médecin, mais ce genre l’appareil est facile à utiliser, peu onéreux et peut éviter des graves complications grâce à une prise en charge précoce. Et comme les montres connectées sont souvent équipées de la mesure de SpO2, il faut profiter d’utiliser ces informations.

    Pour éviter les débats pro/anti Raoult, précisons que Raoult est le patron de l’IHU Méditerranée Infection qui emploie 800 personnes et a traité 6 000 personnes contre le Covid. Les médecins de l’Institut ont donc une grande expérience dans la prise en charge du Covid et bénéficient de moyens financiers très importants dans le domaine de la recherche. Bref, j’écris ces faits pour dire que ce n’est pas un clown qui a recommandé cet objet. Tant mieux si la technologie des montres connectées peut nous permettre d’éviter d’engorger les soins intensifs et les réanimations des hôpitaux.

    1. Papy râleur

      Bonjour !
      Insuffisant respiratoire et sous oxygène depuis environ 20 ans je peux parler de mon expérience personnelle sur les divers oxymètres. Par comparaison avec un oxymètre de pouls aucune montre, à ma connaissance bien sûr, ne délivre une sat fiable. Même la plus chère donne des indications souvent farfelues, ce qui n’est pas le but du jeu ! Après plusieurs essais comparatifs avec des oxys professionnels hospitalier(Monin), dans les oxymètres de pouls, il y a à boire et à manger. Mais des résultats vraiment différents ne présument pas de la fiabilité de ces appareils. Par observation personnelle les oxymètres les moins chers ne valent pas plus ! Et les prix plus élevés ne sont pas parfaits, loin de là ! Bref un oxymètre à vingt euros, toujours à mon avis, ne sert à rien ! Il faut mettre à peu près cinq fois ce prix pour avoir quelque chose de constant et de fiable ! J’ai reçu, en démonstration, un oxymètre à 120 € (réglable, paraît-il ) qui est inutilisable car ses indications sont fantaisistes ! La même satO2 de 95% sur un Monin pro peut sur ce jouet, être à 99 ou à 92 % !
      Pour mémoire, une sat O2 normale est entre 95 et 99%. Vous pouvez déjà éliminer tous les oxymètres qui montent à 100% et plus !

      1. Ludo

        Retour d’expérience intéressant. J’imagine que pour le Covid ou une autre infection respiratoire dû à un virus, les besoins sont différents de vous. L’idée est d’avoir est d’avoir une valeur indicative comme la température avec le thermomètre.

        L’idée est d’éviter de rester 10 jours à la maison avec un taux d’oxygène vraiment trop bas. Perso, j’ai acheté un oxymètre de pouls Beurer. Ce dernier marque tjs etre 95% et 97%. Pour moi, si je vois 90% avec cet appareil, je contacte le médecin. Par contre, j’ai un bracelet Garmin et je suis régulièrement à 92%-94% avec ce bracelet. Garmin indique que les valeurs normales sont comprises entre 90% et 100%, ceci probablement en raison d’une marge d’erreur.

        Comme j’ai mentionné dans le 1er commentaire, avec le Covid, le taux descend parfois de manière très importante. On n’a pas besoin d’une précision à 1% ou 2%. Outre le Covid, j’imagine que cela peut aider dans d’autres infection respiratoires (pneumonie, bronchite, asthme, etc….). Pour moi, c’est un appreil à utiliser en même temps que la prise de température avec le thermomètre.

  5. DayWalker

    « une certaine inertie du capteur » : c’est peut-être normal : la montre est réglée en mode « Intelligent » (ajustement en fonction de l’activité) par défaut dans « Suivi continu du rythme cadiaque » au lieu de « temps réel » dans l’application Health… qui sert à ajuster certains réglages de la montre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.