Fibre optique: la COMCO soupçonne Swisscom d’abus de position dominante!

  • Post last modified:17/12/2020
  • Post comments:10 commentaires
Swisscom continue d'investir dans la fibre au niveau national.
Swisscom continue d’investir dans la fibre au niveau national.

La fibre optique fait difficilement son chemin en Suisse. D’ailleurs, la Commission de la concurrence (COMCO) vient d’ouvrir une enquête contre Swisscom. Il existe selon elle un risque que l’opérateur historique écarte des concurrents du marché lors de la construction du réseau de fibres optiques!

Swisscom continue d’étendre assez lentement son réseau de fibres optiques puisque dans les pays les plus avancés près de 100% de la population est déjà raccordée. Pas vraiment pressé, le géant bleu prévoit de doubler le nombre de raccordements pour atteindre 3 millions d’ici 2025. Globalement, l’entreprise investit environ 1,6 milliard de francs par an dans l’extension et la maintenance de ses différents réseaux selon ses dires.

Le consommateur en fait les frais…

«Dans les régions où elle construit seule, elle modifie la conception du réseau de façon à ce que les concurrents n’obtiennent plus un accès direct à l’infrastructure du réseau. Swisscom modifie ainsi la structure existante du marché et restreint vraisemblablement les possibilités d’innovation et les opportunités commerciales de ses concurrents. Quant aux clients finaux, ils peuvent être limités dans leur choix du fournisseur et dans la variété des produits», écrit la COMCO dans un communiqué.

«Sur la base des informations actuellement disponibles, il est vraisemblable que par ce comportement, Swisscom abuse d’une position dominante. C’est la raison pour laquelle la COMCO ordonne des mesures provisionnelles interdisant avec effet immédiat à Swisscom de refuser à ses concurrents l’accès aux fibres optiques ininterrompues lors de l’extension du réseau de fibres optiques», poursuit la commission.

Changement de politique…

Mais de quoi parle-t-on? Il y a une dizaine d’années, à l’occasion résultat d’une table ronde menée par la Commission de la communication (ComCom) et l’Office fédéral de la communication (OFCOM) avec plusieurs groupes de travail, Swisscom s’est engagé, contre l’avis d’autres acteurs, à développer un modèle de réseau avec quatre fibres optiques tirées jusque dans les salons de chaque ménage. L’opérateur était ainsi en mesure de garantir un libre accès à la concurrence pour les décennies à venir.

«Cependant, en adoptant une nouvelle stratégie de construction du réseau dans les régions où elle construit seule, Swisscom a amorcé au plus tard début 2020 un éloignement du standard à quatre fibres avec accès ouvert au réseau, et elle ne construit plus qu’une seule ligne continue de fibre optique entre le central de raccordement et les ménages individuels», précise la COMCO dans son dossier.

Nouveaux retards en vue…

Dans un communiqué de presse, Swisscom se défend des reproches formulés par la COMCO et dit vouloir recourir contre les mesures préventives. Le géant qui domine largement le marché suisse des télécoms explique encore qu’il ne comprend pas les reproches formulés par la COMCO. Il les analysera en détail et tranchera sur la démarche à suivre.

Mon commentaire? Pour ma part, je comprends très bien les reproches formulés par la COMCO et constate les contradictions de Swisscom! Peut-on lui faire confiance, notamment ses clients? Pendant que l’opérateur dépense l’argent de ses abonnés et de ses actionnaires (nous) en procédures qui traineront en longueur, certains de ses clients seront privés des autoroutes numériques de l’information. Encore une contradiction?

Xavier Studer

Cet article a 10 commentaires

  1. Tricoline

    Tout cela c’est le résultat du refus de nos édiles politique de concevoir une réglementation clair et nette qui permette un développement de la fibre en Suisse donnant l’accès identique partout dans le pays.

    Mais non, nous continuons de privilégier l’ultra libéralisme, les cablos font ce qu’ils veulent, par exemple la Vallée de Joux possède un réseau de fibre qui relie le 100% des ménages, mais uniquement pour le téléréseau local SEVJ, membre de Net+, Swisscom et les autres n’ont pas accès à cette fibre.

    Salt fait du minimalisme sans investir.

    Swisscom relie de plus en plus des ménages en fibre uniquement pour sa paroisse (tout comme les cablos)

    Donc en Suisse le développement de la Fibre, c’est la jungle des accords ci et là, les communes riches s’activent, les autres ratent le train.

    En final ce pays sera bientôt en queue de peloton des pays de l’OCDE pour les raccordements fibre, la fracture numérique ville campagne sera actée.

    Conclusion le constat n’est pas brillant.

    Pour la crise du Covid, les vaccins vont résoudre le problème, mais pour la fibre en Suisse pas de solution en vue …

  2. Jo

    C’est le lot des acteurs qui sont dans une position dominante, Swisscom devra toujours faire avec. Si Sunrise ou Salt font la même chose, ce que il font probablement, cela ne pose pas de problème parce que on les considère pas en position dominante. Cela dit ça va freiner encore plus le dévalement de la fibre en Suisse et ce sont les consommateurs qui vont en faire les frais. Pas sure que cette histoire de point to pont ou point to multip9nt soit vraiment un frein a la concurrence.
    La confédération a aussi une responsabilité, au lieu de privilégier des dividendes pharaoniques avec des bénéfices en recul constant, vaudrais mieux forces Swisscom a investir encore plus dans la fibre.

  3. Pipoch4

    Est-ce que cela explique pourquoi Swisscom a introduit la fibre dans mon village et a refusé de la mettre jusque dans les 3 nouveaux appartements fraîchement rénovés alors que la chambre Swisscom est à 5 m de l’entrée?

  4. Rolgui

    Je ne comprends pas pourquoi Swisscom veut tirer la fibre dans la salon, alors qu’il est plus simple d’utiliser le canal filaire du téléphone. Chez moi j’ai dû batailler pour avoir le terminal de la fibre dans mon hall où était déjà le boîtier de téléphone. L’installateur devait suivre les directives du géant bleu, j’ai dû argumenter avec Swisscom : ils m’ont demandé si j’étais propriétaire de l’appartement, en répondant que j’étais coopérateur le problème à été résolu, ils ont accepté. Ce qui a soulagé l’installateur qui a évité de percer des murs en béton, fixer des caniveaux apparents inesthétiques. De plus le hall étant au centre de l’appartement, le rayonnement wifi peut arroser les différentes pièces.

  5. P.Henry

    scandaleux Swisscom, comme toujours…

    1. misenta

      Peut-être ce serait bien d’argumenter au lieu d’être aussi affirmatif!? Quel fournisseur laisse l’accès aux autres opérateurs au layer 1? Si Swisscom a changé son fusil d’épaule, c’est que les autres ne jouent pas le jeu et que l’investissement nécessaire (plus important que prévu) n’en vaut pas la « chandelle »…
      Un réseau fibre P2MP est moins couteux et beaucoup plus rapide à construire qu’un réseau P2P pour un débit de données bien suffisant pour les prochaines décennies.

      1. Tricoline

        C’est effectivement juste, le modèle P2P (avec 4 fibres jusqu’au « central ») choisi c’est très cher, rien que pour une ville comme Yverdon cela à couté environ 38 millions de Frs au total (40% pour Yverdon, 60% pour Swisscom) pour 15’000 raccordements, soit environ 2500 frs le raccordement, en zone rurale ce prix est à multiplier par 3 ou 4.
        A voir ici http://test.lamarive.ch/fileadmin/documents/ylb/Municipalite/Preavis/2015_preavis/PR15.09PR_Fibre_optique_SWISSCOM.pdf
        Raccorder toute la Suisse c’est plus de 12 millards, c’est moins que les 18 millards pour les avions de chasse de notre armée, mais bon c’est politiquement pas très porteur la fibre optique, par contre des avions, même inutile, c’est nécessaire pour certains, bruyant et visible.
        Pas étonnant qu’avec pareil contrainte, les investisseurs sont assez frileux, si une ville comme Pully parie sur la fibre à domicile avec un investisseur privé, c’est que Pully c’est une commune riche en terme de contribuables, donc les résidents vont choisir cette fibre qu’ils auront chèrement payée avec leur impôts, car s’ils attendent Swisscom, cela restera quand pour du neuf la fibre (et encore pas toujours).
        Swisscom n’est pas pire ou meilleurs que les autres, il investit en respectant les obligations qui lui sont données, c’est à dire le service minimum (en simple cuivre et petit débit), et l’entreprise doit être rentable et dégager des bénéfices pour la confédération.
        Swisscom n’a pas reçu le mandat de déployer du FTTH dans le 100% des ménages de ce pays, et cela ne va pas changer.

  6. redge73

    Je trouve très bien que Swisscom rejette certain fournisseurs qui ne respecterait pas les règles de base pour que le réseau et connectivité soit identique pour toute la Suisse car si Swisscom et les autres concurrent devait géré 23 type de prises différentes pour chaque canton, imaginer le bronx pour les opérateurs et clients sans un standad unique pour toute la Suisse.
    Nous avons déjà 2 prises différentes entre le 1Gb P2P LC multimode single fibre et 10Gb P2MP ?pour la clientèle résidentielle.

    Trcoline a dit:
    « Mais non, nous continuons de privilégier l’ultra libéralisme, les cablos font ce qu’ils veulent, par exemple la Vallée de Joux possède un réseau de fibre qui relie le 100% des ménages, mais uniquement pour le téléréseau local SEVJ, membre de Net+, Swisscom et les autres n’ont pas accès à cette fibre. »

    L’un n’empèche pas l’autre. tout est question que de contrats de partage de frais d’exploitation de location.
    Il vaux mieux gagner que le minimum pour couvrir les frais que rien du tout qui va à la perte de l’entreprise.

    Forcer Net+ et upc a louer leur fibre à la concurrence comme Swisscom, swiss4net, etc… Si non, ils mouront mangé par la concurrence aussi simple que cela car quelqu’un devra forcément reprendre le réseau physique à sa charge.

    1. Tricoline

      « redge73 » à écrit :
      «  »Forcer Net+ et upc a louer leur fibre à la concurrence comme Swisscom, swiss4net, etc… Si non, ils mouront mangé par la concurrence aussi simple que cela car quelqu’un devra forcément reprendre le réseau physique à sa charge. » »
      Pour faire cela il faut que le législateur établisse des règles, et pour le moment rien de ce genre n’est prévu, nos politiciens et partis politiques (de la droite économique) ils ne veulent justement pas de règles.
      Donc forcer tel ou tel opérateurs à louer son réseau, cela semble une idée fortement compromise en Suisse.

  7. redge73

    Il n’y pas besoin de règles, si l’opérateur n’arrive pas couvrir ces frais, il mourra, législation ou pas! C’es la loi du commerce libéral.
    Donc c’est dans son intérêt à l’opérateur local de louer ces prises aux concurrents sous peine de s’étouffer par de la concurrence sans fil par satellite ou cellulaire ou tout autre moyen de communication concurrent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.