Prenez garde aux goulets d’étranglement du numérique!

  • Post last modified:07/01/2021
  • Post comments:8 commentaires
Quelques accessoires pour repousser les limites du numérique...
Quelques accessoires pour repousser les limites du numérique…

Disposer de l’ordinateur le plus puissant avec quatre ports Thunderbold 3, c’est presque magique. Presque, car encore faut-il qu’il puisse communiquer avec les autres appareils… d’où l’importance de veiller à avoir une chaîne de production adaptée…

Prenons un exemple concret. Pour tourner des images en 4K de qualité, il faut commencer par posséder une carte SD compatible. À l’heure actuelle, Sony semble être le plus avancé puisqu’il propose une carte SD Tough SDXC UHS 2, capable de lire d’informations à 300 Mo/sec (2400 Mbits/sec), mais surtout de les enregistrer à 299 Mo/sec…

Le transfert sur l’ordinateur…

Naïvement, on s’empare de son lecteur multi-carte USB 3.0 vieux de quelques mois seulement pour transférer ses fichiers sur son ordinateur, de préférence sur un port de type USB 3.1 ou 3.2. Pas de chance, on regardant les spécifications, vous constatez qu’il n’est certifié qu’UHS I. Bon, le mieux est donc de se tourner vers un modèle USB-C (USB 3.1), compatible UHS 2, comme le Sandisk Extreme Pro…

Vient le moment du montage. Si vous pensiez que d’utiliser un programme comme Adobe Première Pro allait régler tous vos problèmes, vous vous trompez lourdement. En effet, son support vous renvoie assez rapidement vers cette note, qui signifie que selon le type de fichier que vous allez monter, ça risque de laguer dans le programme… De quoi lorgner vers Final Cut Pro, voir iMovie pour les clips très simples…

Et vient le moment du téléversement sur internet…

Tout content de votre dernier montage, vous voulez l’envoyer sur la toile. Mais là aussi, si l’on veut garantir une certaine qualité, il vaut la peine de prendre certaines précautions… Avant d’envoyer mes vidéos sur YouTube ou Videopress, je génère le plus gros fichier possible, si possible 4K, car il sera ensuite compressé drastiquement avant de passer sur la toile.

Là aussi, vous allez être limité par le mémoire de votre machine, l’inefficacité de vos processeurs (Intel vs M1, par exemple) graphiques ou non. Enfin, vient la question du transfert sur la toile. En mobile, la bande passante montante, même en 5G oscille souvent entre 40 et 70 Mbits/sec, si vous avez beaucoup de chance….

L’utilité indéniable de la fibre optique

C’est là que les gros tuyaux de la fibre optique prennent tout leur sens. Sur un raccordement Salt, par exemple, on dépasse souvent les 5 Gigabits/sec, mais ce sont les serveurs en face qui ne tiennent pas ces débits. Et là encore, pour atteindre de tels débits, il faut des modems spéciaux, comme expliqué ici. Idem en Wi-Fi, surtout que le Wi-Fi 6 n’est pas encore partout généralisé [Manque sur les MacBook Pro 2020 Intel de 13 pouces, par exemple]…

Enfin, n’oubliez pas d’archiver vos fichiers sur un SSD externe. Là aussi, il faut faire attention à ce que l’on va choisir comme modèle. Si Samsung propose des supports comme le Samsung T7 capables de tutoyer les 1000 Mo/sec (8 Gigabits/sec), on peut dépenser beaucoup plus cher pour tenter de se rapprocher de la norme Thunderbolt 3 [30 Gigabits/sec!]

Bref, bonne chance!

Xavier Studer

Cet article a 8 commentaires

  1. Sebastien

    Merci pour cet article qui explique la réalise la technologie vs le marketing.

    Bonne année 2021 🎉🎊🍾

  2. Pedro

    Ah ben tient, vous commencez à comprendre ce que je vous dis depuis des mois sur vos speedtest, vos tests de Wi-Fi,… 🙂

    C’est bien beau d’avoir du 1/10/100gb/s ou 1to/s mais ca ne sert à rien si aucun serveur ne suit votre débit privé qui est lui même partagé avec d’autres personnes et qui peut tomber bien en dessous de 1gb si vous avez des voisins qui consomment ce débit partagé. Très mauvaise idée celle de Salt qui met les inconvénients du câble sur de la fibre.

    Testez déjà le débit réel de l’USB 1.0, 2.0, 3.0 et 3.1. les débits théorique et réelle ne sont pas identique.
    Prenons l’usb2 480mbits, 60mo/sec si vous dépassez réellement les 30mo/s ça tient du miracle car il y a le protocole pour transporter tout ça et ça bouffe aussi de la bande passante inexploitable pour les données réelles. Le Wi-Fi s’est pareil car il y a de l’encryption par contre l’ethernet est bien plus proche de la réalité je monte à 120mo/sec réellement en optimisant tous les paramètres et en diminuant le nombre d’headers mais vous ne pouvez rien faire en sans fil ou en USB.

    Branchez votre super smartphone en usbc et transférer un fichier de 50go en chronometrant le temps réel et vous verrez que son débit n’est pas miraculeux en écriture. Vos super SSD/mémoire flash ont un cache et une fois la mémoire/cache pleine les débits s’éffondrent à 50mo/sec car ils utilisent de la mémoire bon marché. Il y a des outils spécifiques qui lisent tous les secteurs des disques/flash et montre le début réel en lecture et écriture sur tout le volume.

    L’autre chose ou vous vous êtes enfin réveillé s’est la qualité exécrable de la hd/4k streamer par rapport à la qualité réelle qui sort d’une caméra. Oui il faut du 50/80mbits pour de la 4k mais il vous stream ça en 20mbits max sur netflix, le débit Youtube est ridicule..
    La hd s’est pareil, le débit streamé iptv 4mb/sec est ridicule par rapport à de la qualité même celle qui sort du sat/câble est bien meilleure 7/9mb/sec environ.

    On stream tout en résolution impossible mais ça donne de la m autant avoir une bonne qualité en 720p qu’en 4k compressé…

  3. Denis

    Il me semble que l’on dit « Goulot d’étranglement » et non Goulet 😉

  4. Woodruf

    1000 Mo/sec = 8 Gigabits/sec… ah bon ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.