Test multimédia du MacBook Pro 13 pouces avec la puce M1: révolution ou simple changement?

  • Post last modified:07/12/2020
  • Post comments:17 commentaires
MacBook Pro 2020 avec Apple Silicon M1.
MacBook Pro 2020 avec Apple Silicon M1.

Après une semaine d’utilisation de cet ultime MacBook Pro 2020 animé par la nouvelle puce Apple M1, que penser de cette machine sous ARM? Il est clair que ce nouveau fleuron de la pomme fait des étincelles au niveau de ses propres applications, mais pas seulement. Test multimédia de l’endurance incarnée!

Dès la mise en marche, ce nouveau MacBook 2020 de 13 pouces dans sa version 16Go de mémoire vive est rapide et fluide, comme les iPhone et iPad. Une tradition exemplaire chez Apple. Ce portable toujours aussi design sort de sa phase de veille instantanément. Les applications natives et optimisées se lancent en un battement de cils. Dommage que le démarrage complet reste bien plus lent que sous Windows 10…

La «magie» opère dès le début!

Le véritable «tour de magie» de la pomme réside toutefois dans Rosetta 2, un émulateur qui permet la traduction du code prévu pour les anciennes applications développées sous l’architecture Intel de fonctionner avec le processeur Apple Silicon M1. Un tour de force moins sectaire que chez Microsoft, qui boude toujours les programmes de type x64 sous Windows 10 ARM…

La question des performances et de la fonctionnalité se pose alors, et la réponse est assez simple. Le changement s’opère quasiment sans hic et surtout sans avoir à y penser. Le programme Rosetta 2 ne fonctionne pas d’office, mais si vous installez une application en ayant besoin, il vous propose de l’utiliser, ceci effectué, plus besoin de s’en soucier. Plus d’infos sur les questions de compatibilité ici.

D’abord l’expérience utilisateur!

Le ressenti général est très agréable. Toutes les tâches du quotidien sont fluides et rapides. Le lancement de presque tous les programmes, même sous Rosetta 2, est plus rapide que sur un MacBook similaire 2020 sous Intel Core i7 de 10e génération avec 32 Go de mémoire vive. Sans compter qu’il ne chauffe pas au contraire des processeurs Intel presque toujours épaulés par des ventilateurs… Apple reste le champion de l’expérience utilisateur! Et en silence!

Si ce second MacBook 13 pouces 2020 conserve le même design, le même scanner d’empreinte, et même le clavier revu cette année, en somme son corps, c’est son nouveau cerveau qui fait toute la différence! Cela dit, nous avons tout de même perdu deux ports USB-C et la caméra, même légèrement optimisée, reste limitée à du 720p… Perfectible pour 1399 francs, prix de base.

Avec les applications iOS!

Sur le clavier, seule la touche en bas à gauche, est légèrement différente. Cette touche de fonction se distingue par une icône permettant de changer facilement de préférence linguistique. Bien vu lorsqu’on travaille souvent en allemand e en français. Presque un must!

Grâce au nouveau système macOS Big Sur (Attention tout de même aux potentiels problèmes de compatibilité), ce MacBook fin 2020 peut exécuter les applications pour iPad et iPhone, qui restent aujourd’hui très limitées. Cela dit, j’ai été très agréablement surpris de pouvoir bénéficier des prévisions de MétéoSuisse!

Rosetta 2 incontournable

A l’occasion de ce test, j’ai notamment utilisé Lightroom Classic, Photoshop, Adobe Illustrator, différents navigateurs internet ainsi que la suite Office, tous utilisent Rosetta 2, sans rencontrer des problèmes de performance ou bug majeur. Je dirai même le contraire, les applications fonctionnaient en tout cas aussi bien voire mieux qu’un MacBook Pro 13 pouces de 2020.

Nous n’avons pas réalisé de Benchmark, puisque d’autres se sont empressés de le faire. Outre les performances qui sont très prometteuses, nous avons enfin un ordinateur efficace! La batterie dure entre deux et quatre jours d’un usage plus ou moins conséquent. Si cette évolution permet de recharger moins souvent son Mac, elle prolonge surtout conséquemment sa durée de vie. Un autre must!

Attendre un peu?

Cet ordinateur à la finition légendaire n’a même pas encore pu dévoiler toute sa puissance qu’il est déjà le nouveau maître du jeu. Il est toutefois recommandé d’attendre en tout petit peu, si vous avez utilisez des applications très spécifiques… Pour ce type d’utilisateur, un peu de patience. Mais pour ceux qui n’ont pas de besoins trop particuliers, cet outil est simplement incroyable!

En conclusion, Apple a réussi un véritable tour de force! Comme beaucoup, j’étais sceptique quant à cette transition. On utilise un vrai Mac, et avec Big Sur qui redonne un petit coup de modernité, mais sinon c’est bel et bien un Mac, simplement  plus rapide et beaucoup plus endurant. La puce Apple Silicon M1 est synonyme d’une nouvelle ère très prometteuse! Au moins le début d’un sacré changement, voire d’une petite révolution.

A. Studer/XS

Cet article a 17 commentaires

  1. Carlo

    Donc l’autonomie est bien de 20 heures? Merci

  2. Pedro

    @carlo avec un proc de 5w oui c’est bien possible. Mais je serais très heureux de voir une tâche très lourde qui dure des heures sur un produit adobe avec ce proc pourri contre un amd ryzen 16 threads en 35 ou 45w. Visite de bien rigoler 😀

    1. Joël

      L’infime minorité qui a ce genre d’utilisation prend une machine adaptée et c’est pas le même tarif .

    2. Roule

      Faut pas oublier que on est sur de l’entrée de gamme avec le M1.

    3. TommyB

      L’actuel M1 est un amuse-gueule et il en a déjà as mal sous le pied. On attend leur 32 cores pour 2022 qui devraient largement détrôner le Xeon actuel et fumer la concurrence au passage.

      1. Pedro

        J’espère qu’il sera en 3nm car amd sera en 5nm d’ici là 🙂
        3nm pour 2023 chez amd si tout se passe bien. Cela devrait être un 128 cœurs seul solution pour concurrencer la fréquence très faible des cores.
        C’est très efficace un x86 à 2ghz aussi 🙂

  3. Pedro

    Un petit montage vidéo avec première par exemple. Il supporte opencl au moins avec la partie graphique ?

  4. Phil

    C’est une révolution pour Apple qui va faire de grosses économies sur le coût d’acquisition du composant le plus cher et le plus important des PC’s. Pour l’utilisateur ce n’est qu’un simple changement assez similaire à celui du passage de Motorola à Intel il y a quelques années de ça…

  5. redge73

    Intel utilise aussi la technologie ARM à contre coeur IoT oblige. (processeur atom, etc) basé sur technologie RISC 32 bit ou 64bit

    1. dd

      Si Intel a utilisé de la technologie ARM, c’était suite à de rachat de StrongArm de DEC (pour avoir certains brevets et conclure un procès). Il n’en fait plus depuis 2006. Les processeurs Atom ne sont pas des processeurs ARM.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.