Sunrise-UPC biffe 600 postes: le consommateur paiera la facture!

  • Post last modified:27/04/2021
  • Post comments:18 commentaires
Sunrise UPC: une fusion pour les actionnaires, pas les clients.
Sunrise UPC: une fusion pour les actionnaires, pas les clients.

Comme annoncé au début de cette année, Sunrise UPC a annoncé son intention de biffer jusqu’à 600 postes en différentes étapes et différentes modalités d’ici fin 2022. Alors qu’il reste du pain sur la planche en matière de service client, ces derniers risquent bien de payer la note finale, puisque cette coupe est gigantesque.

Dans le cadre de la digestion de Sunrise par UPC, environ 450 licenciements sont prévus, soit 13,5% des 3350 postes à plein temps (EPT). Cette année, Sunrise UPC procédera à environ 300 licenciements et en prévoit 150 en 2022. Par ailleurs, il y aura d’ici fin 2022 environ 150 suppressions de postes liées à la rotation du personnel, selon un communiqué.

Vagues de licenciements et de suppressions de postes

Dans le détail, environ 300 licenciements auront lieu cette année et environ 100 postes seront supprimés du fait de la rotation du personnel. La majeure partie des collaborateurs concernés par un licenciement pendant l’année en cours seront informés au plus tard jusqu’à fin mai 2021, poursuit l’entreprise de télécoms américaine.

Plus loin dans le temps, «nous prévoyons environ 200 suppressions de postes en 2022: 150 sous forme de licenciements principalement dans les secteurs Finance, IT et Technology et environ 50 liées à la rotation du personnel», écrit encore la filiale de Liberty Global qui ne s’était déjà pas fait un nom pour la qualité de son service…

Plan social avec syndicom

UPC-Sunrise précise que grâce à un plan social élaboré avec le syndicat Syndicom et les deux représentations du personnel, la prise en charge des collaborateurs affectés ne se fera pas uniquement sur le plan financier. Les collaborateurs concernés seront notamment pris en charge dans le cadre d’un programme de réinsertion professionnelle (outplacement).

Mon commentaire? Sunrise UPC confirme son orientation essentiellement financière. La priorité est aux économies d’échelle. Quand on voit la masse de collaborateurs concernés et le service somme toute perfectible de «l’entité fusionnée», on ne peut qu’être convaincu que c’est bien le consommateur qui paiera la facture de cette opération. Peut-être avant de quitter définitivement le navire.

Xavier Studer

Cet article a 18 commentaires

  1. Tricoline

    L’avenir global du secteur telecom (fixe et mobile) ne s’annonce pas très bien pour la Suisse, pas de plan fibre optique national venant des politiques et des opérateurs qui ne font que de l’optimisation financière, les investissements sont au ras des pâquerettes.
    .
    Et à ne pas oublier : l’épée de Damoclès au dessus des opérateurs mobiles qui risquent la Bérézina si l’initiative Stop-5G passe la rampe.
    .
    C’est donc bel et bien le consommateur qui continuera de payer très cher pour des prestations basiques.
    .
    Tout cela, c’est une honte pour un pays comme la Suisse.

    1. Pat

      « Et à ne pas oublier : l’épée de Damoclès au-dessus des opérateurs mobiles qui risquent la Bérézina si l’initiative Stop-5G passe la rampe. »

      Il s’agit probablement de la raison qui pousse sunrise-upc à biffer ces postes. Ils anticipent une acceptation de l’initiative et veulent limiter les risques, et rechignent à investir si la situation reste incertaine.

      S’il est vrai que le peuple est souverain il faut par-contre admettre qu’il ne se donne souvent pas la peine de comprendre les enjeux (voie bilatérale morte avec l’EU, pour un pays exportateur par ex !!) et n’assume pas toujours ses choix.

  2. David

    …un élément qui pourrait être développé dans un prochain article :

    Va-t-on en plus des suppressions de postes assister chez Sunrise UPC à une délocalisation de certains postes de travail (comme par exemple les centres d’appels, le support à la clientèle, etc.) dans des pays avec des coûts salariaux plus bas qu’en Suisse, comme en Afrique du Nord ou dans les pays de l’Est ?

    La pression sur les coûts engendre de telles stratégies de off- ou de nearshorings et la tendance en cours risque de s’accentuer.

    Le consommateur·rice suisse soucis d’une économie de proximité devrait y prendre garde et pas uniquement à son porte-monnaie! Il en va de la qualité du service et la défense des emplois en Suisse par un opérateur dirigé par une entreprise internationale de télécommunications dont le siège est aux États-Unis.

    1. Space Boy

      Pareil pour une entreprise suisse valorisé à 11 milliard, mais 90% des gens sont en Inde car 10x moins cher. Le bureau en Suisse de 200p, il reste que 20 à Lausanne. Licenciement en masse depuis 10 ans. Réduction des coûts en Suisse évidemment, dans le pays le plus cher au monde. Mais le travail, lui, il part ailleurs. Bravo la Suisse.

  3. Nycko

    Je pense qu’il faut que nous pensions à être un peut plus ” Suisse first”
    Abandonner ces opérateurs en mains étrangères.
    Swisscom sont vraiment trop chers, Wingo actuellement offrent toujours pour 49.- l’illimité complet pour la suisse et en Europe et 40Go de données par mois à l’étranger en haut débit puis 200ko/s ensuite.
    – boycotter Sunrise et Yallo en mains Us
    – boycotter Salt en mains françaises

    1. Nas

      Et payer un prix indécent à Swisscom ? Du style un rapport de 7x plus que chez nos voisins ?
      Nos salaires ne sont pas 7x plus élevés.
      Non merci. Salt pour l’instant est tout à fait à la hauteur avec des tarifs normaux.

      1. Nycko

        Dingo c’est suisse, et vous avez moins cher ailleurs que 49.- tout illimité en Europe internet compris ?
        Non ! Donc faisons comme aux usa, favoriser les services suisses. Pas besoin des français ou des américains qui se foutent de nous

        1. Nycko

          Dingo c’est WINGO

        2. Pierre Henry

          Dingo ou Mickey ??

    2. Mike R

      Je trouve que c’est une excellente nouvelle. Si les coûts d’une entreprise diminuent, le coût des produits diminuent aussi. Le grand gagnant va être le consommateur qui va beneficier d un prix plus bas. Evidemment qu’après une fusion, il y a des postes a double, et il faut supprimer les doublons. De plus, dans ce genre de plans sociaux, c’est plutôt les employés les moins performants qui quittent le navire, donc les employés les moins rentables.

  4. Jean

    Si on devrait choisir le “suisse first “ on choisirait quoi ??? SWISS ?? Nestlé , Swisscom?? Etc etc etc …. Avez vous déjà oublié Swisscom, qui disait , que les données restent en Suisse oui d’accord mais , gérées avec une entreprise suisse avec des sous traitantes étrangers ,,, la conta …. Pareille suisse -> Inde ,
    Call center , France , madère,

    1. Phil

      Swisscom ne délocalise pas ses call-centers, ils sont à 100% en Suisse.

      1. Pedro

        Correction pas pour le moment 🙂

        Il ne faut pas rêver, il faudra bien un jour ou l’autre arrêter de vouloir toujours la dernière techno si on veut garder des emplois.
        Ce qui est câblage, c’est très important car c’est du long terme. Le cuivre, on l’a depuis toujours ça change pas de cuivre 1c, 2c, 3c chaque année. Oui la techno évolue mais tout ou presque reste compatible et c’est indispensable. On ne change pas de PC et tous les appareils qui se connectent le Wi-Fi/rj45 restent.
        Atteint une certaine vitesse, il faut arrêter. Le 10gb est totalement inutile alors qu’ils arrêtent avec ça. Le jour où ce sera utilisable dans 5/10 ans peut être mais pas avant.

        Cela réduirait drastiquement les coûts, ils pourraient investir en cablant tout le monde pour du long terme. Réseau mobile ça marche, il faut arrêter même s’il y a des drogués qui veulent voir leur speedtest à 100gb/s pourquoi ?
        Ça fait pas mal de temps que j’attends l’usage intensif des gens qui ont un besoin vital du 10gb jamais reçu de réponse ça montre bien l’utilité.
        Je dois être un des plus gros consommateurs de bande passante et pourtant je prendrais moins si je trouvais une offre moins cher.

        1. Henry Dunant

          Pour le cuivre à part les fils tout le reste à changé ces 10-15 dernières années… On est passé des modem à 2400 bit/s, au RNIS, à l’ADSL 1 et 2, le Re-ADSL, le VDSL, VDSL2 et le G-Fast, Donc on ne peut pas dire que les technologies filaires ne nécessitent pas d’adaptation. Votre câblage Ethernet d’il y’a 15 ans en cat.3 ou 4 doit être adapté si vous voulez pouvoir évoluer. Même la technologie des fibres optiques évolue sans cesse. Non définitivement un réseau câblé n’évitera pas de devoir constamment être mis à jour, par contre il apporte stabilité d’usage et limite les rayonnements électromagnétiques.

          1. Pedro

            Bien sûr que la techno évolue mais c’est en “centrale” voir un modem. On ne change pas comme sur un réseau mobile le tout. Oui on change la techno en centrale mais aussi tous les périphériques pour s’y connecter.

            Votre PC en rj45 cat3 en 10mb (on était déjà en 100mb il y a 20 ans) mais oui il restait du 10mb avec certains vieux câblage dans certains bâtiments par contre votre PC en 10mb se connectera toujours avec le même connecteur sur votre switch 1gb donc même un périphérique qui a 20 ans ou plus fonctionnera toujours. D’ailleurs, vous pouvez très bien avoir encore un vieux convertisseur rj45 cable parallèle branché sur votre réseau en 10mb. Vous allez le jeter car le parallèle n’existe plus et votre imprimante qui a 20 ans a fini par mourir 🙂
            Je dirais que même le Wi-Fi est bien plus durable.

            Bref le câble ça dure et vos périphériques câblés aussi.
            Il y a l’hdmi qui ont vraiment réussi à faire de la m mais c’est une autre histoire ça.

        2. Tricolne

          C’est juste Pedro, bien vu 😉
          .
          J’ajouterais ceci, il est temps que nos politiques définissent un plan pour les x années à venir pour garantir un accès Internet Fixe uniforme minimum garanti (par exemple 200 Mbits symétrique) pour toute la Suisse, bien évidement le service universel tel que définit actuellement est insuffisant, c’est la charité, sans plus !
          La fibre optique dans tous les ménages (100%) cela doit être un objectif à fixer dans un délai raisonnable (pas dans 25 ans) !
          .
          Si le laisser aller actuel perdure, il se trouvera toujours dans quelques années des régions sans internet fixe digne de ce nom !
          .
          Pour moi de l’internet via le réseau mobile XG ou via le sat cela ne rentre pas en considération, pas fiable, comme solution de secours sans plus.

  5. Pedro

    Franchement le sat, j’aime bien l’idée sans prendre en compte la pollution visuel, de l’espace, des décollages, la durée de vie de ces engins, etc…
    Enfin une solution pour réceptionner le signal partout en extérieur, ce qui peut être un très bon réseau d’urgence. Je ne suis pas contre, en plus ça peut briser les frontières et les prix entre les différentes pays en rajoutant un peu de concurrence. L’idée au fond n’est pas si mauvaise.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.