Vaud devient raisonnable: la 5G repart! Déjà près de 5230 antennes en Suisse

  • Post last modified:23/05/2021
  • Post comments:13 commentaires
La 5G est nécessaire pour le futur des réseaux mobiles.
La 5G est nécessaire pour le futur des réseaux mobiles.

C’est une nouvelle gifle pour les complotistes et autres réactionnaires opposés à la 5G. Le canton de Vaud est redevenu raisonnable et a levé le gel des autorisations pour les nouvelles antennes 5G. Selon les derniers chiffres, ce sont déjà 5228 antennes 5G qui sont en fonction dans tout le pays pour le plus grand bien des mobinautes!

On a soudain l’impression de revenir un peu dans un Etat de droit après avoir perdu beaucoup de temps. Trop de contre-vérités ont été assénées sur le boulevard et beaucoup de temps a été perdu au risque de mettre à genoux le réseau mobile existant et de prétériter la grande majorité des mobinautes. La propagande des complotistes n’a pas résisté aux faits.

Vaud redevient raisonnable…

Probablement un peu trop à l’écoute de groupuscules antidémocratiques abondamment relayés dans l’opinion, le canton de Vaud a fait machine arrière en tentant de sauver les apparences. Il invoque ainsi le résultat de projets-pilotes qui lui ont permis de vérifier que les normes étaient respectées. Comme d’autres n’ont pas pris de telles mesures, il faut bien justifier cet excès de zèle.

«Le Conseil d’Etat a pris la décision de clôturer les projets-pilotes lancés en septembre 2020 sur des antennes 5G. Le rapport d’évaluation de ces tests conclut en effet que la méthode de mesure des valeurs limites mise à disposition par la Confédération peut valablement être appliquée sur le terrain. Cette expérience débouche sur plusieurs propositions», peut-on lire sur le site de l’Etat de l’Etat de Vaud.

Levée immédiate

«Ainsi, le Département de l’environnement et de la sécurité (DES) éditera notamment un guide destiné à accompagner les communes dans les procédures. A la lumière de ces enseignements, le Conseil d’Etat a décidé de lever immédiatement la suspension des autorisations pour les nouvelles installations de téléphonie mobile», poursuit-il.

Espérons que ce sera réellement le cas et que les tracasseries administratives* envers les opérateurs cesseront. Pour mémoire, un moratoire a aussi été jugé illégal dans le canton de Genève. On se demande pourquoi ce sont ces deux cantons romands qui sont sortis des clous. J’ai ma petite idée à ce sujet. Je laisse les internautes avertis se forger leur opinion… Le nombre d’antennes devrait rapidement repartir à la hausse sur ce fil Twitter.

Xavier Studer

  • Certains cantons sont allés jusqu’à bloquer les mises à jour logicielles des installations. Incroyable!

Cet article a 13 commentaires

  1. Classic25

    Ça aurait été bête d’avoir un vaccin 5G et pas de réseau pour capter :+)

    1. RomsKidd

      Je viens voir les commentaires juste pour ce genre de réponses, merci !

  2. Serge

    Dans ma commune j’essaye de faire passer la 5G…deviner qui..est contre ??? et quand je fait remarquer que la peur est mauvaise conseillère, la réponse unique c’est ” mais nous n’avons pas peur c’est une question de précaution” et pour ma part je leurs réponds que “les précautions doivent-êtres également posées contre cette peur dût à l’ignorance”….

  3. Tricoline

    Quand les gouvernements cantonaux se prennent à jouer aux populistes on peut réellement se poser la question sur la validité de gouverner de ces personnes ?
    .
    Il est possible et probable que le peuple aie mis au pouvoir des bipèdes qui ne sont pas compétent pour les lourdes taches et responsabilités qui leur sont attribuées !
    .
    C’est à méditer !

  4. David Dupont

    Lorsque Swisscom va appuyer sur la pédale d’accélérateur et déploiera massivement le 700 et 3500 Mhz, les problèmes potentiels de capacité seront de l’histoire ancienne. Il ne faut pas perdre de vue que le géant bleu a acheté énormément de spectre 5G donc la capacité du réseau va exploser surtout que dès 2023 le core network sera également en 5G.

  5. David Dupont

    Ce qui pourrait aider le déploiement industriel de la 5G et la capacité d’innovation de l’ économie suisse serait un relèvement des normes d’émission radio des antennes 4 et 5G et l’obligation que les opérateurs se partagent beaucoup plus les sites histoire d’éviter de se retrouver dans quelques années avec une forêt de mâts au vu des fréquences utilisées pour la 5G et je pense ici particulièrement aux ondes millimétriques.

  6. Nicolas Pernet

    “le résultat de projets-pilotes qui lui ont permis de vérifier que les normes étaient respectées”
    Les tests de mesure n’avaient pour but que de tester l’applicabilité de la méthode de mesure du METAS.
    Les résultats de ces tests montrent évidemment que les antennes respectent les valeurs limites puisque les antennes adaptatives testées n’avaient pas d’utilisateurs connectés dessus, Le contraire eu été étonnant. Tirer des conclusions de ces 2 mesures au niveau de l’exposition est un non sens puisque les 2 antennes testées sont atypiques puisque installées plus haut que les antennes habituelles : sur des minoteries, toutes les 2.
    Vous avez oublié de mentionner que les modifications mineures sont désormais soumises à la mise à l’enquête publique. Le Canton de Vaud était un des 7 derniers Cantons en Suisse où cela n’était pas le cas.
    Une des 2 antennes testées a par ailleurs profité de cette lacune pour être modifiée en 5G Fast (une Huawei 32T32R) et c’est ce qui a permis d’avoir une deuxième antenne pour le test.

  7. Marc

    La 5G n’est pas en service. Ces tests sont bidons.
    Voici une vidéo qui l’explique.
    Maxence Layet est journaliste scientifique, conférencier et auteur de livres, d’articles et de documentaires spécialisés dans l’innovation, les alternatives, la cyberculture, les médecines douces, les nouvelles technologies de l’énergie et l’environnement électromagnétique.
    Ethnologue de vocation et journaliste par passion, Il a suivi des études de sociologie, de prospective (CNAM) et de relations publiques (CELSA). Depuis 2017, il travaille au Parlement Européen en tant qu’assistant parlementaire, en charge des dossiers santé et environnement. Au service depuis plus de 10 ans d’une information socialement responsable, Maxence Layet est également le directeur fondateur de Orbs, l’autre Planete, une revue Arts et Sciences d’aujourd’hui, créée en 2012.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.