Santé et téléphone mobile: un article scientifique fait le point!

  • Post last modified:03/07/2021
Antennes de téléphonie mobile.
Antennes de téléphonie mobile.

La téléphonie et les technologies mobiles se sont intensément développées ces trente dernières années. Parallèlement, des craintes sont apparues dans l’opinion publique. De possibles effets délétères des ondes électromagnétiques sur la santé sont parfois évoqués. Récemment, le débat a clairement dérapé sur le boulevard. Un article de vulgarisation scientifique remet les pendules à l’heure.

Cette excellente synthèse, proposée en sept points, vient d’être publiée sur l’Encyclopédie de l’environnement de l’Université de Grenoble Alpes. La spécialiste des ondes électromagnétiques Anne Perrin, auteur de plusieurs livres sur le sujet, propose un résumé scientifique de qualité susceptible d’éclairer l’opinion publique, au-delà des rumeurs…

Tout est son contraire…

En effet, nombre d’articles de presse, d’émissions radio et TV, de vidéos et de sites internet font régulièrement état de dangers. Les installations de téléphonie mobile, 5G en tête, seraient cancérogènes, dangereuses pour les enfants, pour la fertilité, pour l’immunité, etc. Certains témoignages de personnes qui seraient «électrosensibles» sont montés en épingle, alors que médicalement il ne semble aujourd’hui pas possible de les diagnostiquer ainsi.

Parallèlement, FDA en tête, les agences sanitaires de nombreux pays ne cessent de souligner que la téléphonie mobile ne pose pas de problème dans la mesure où son usage est encadré par des normes de sécurité. Ces autorités s’appuient sur de nombreuses expertises qui analysent la littérature scientifique disponible pour tenter de cerner un éventuel risque.

Messages à retenir

Voici les principales conclusions de cet article, reproduites ci-dessous en italique:

  • Dans la gamme des radiofréquences, les résultats des travaux scientifiques conduits à ce jour n’ont pas démontré l’existence d’un effet nocif, ni de mécanisme biologique plausible pouvant sous-tendre un risque en dessous des valeurs limites réglementaires.
  • Le seul effet connu des radiofréquences demeure l’effet thermique à des niveaux d’exposition élevés, non atteints avec les technologies sans fil.
  • A propos des effets des champs électromagnétiques, l’OMS estime que «les connaissances scientifiques acquises dans ce domaine sont désormais plus complètes que celles que l’on possède sur la plupart des produits chimiques».
  • En science tout est question de probabilité et de niveau de preuve. Il est impossible de démontrer scientifiquement une absence d’effet, donc une absence de risque ne sera jamais démontrée, quel que soit le facteur de risque.

XS

Ecoutez aussi ci-dessous cette synthèse proposée par l’Université de Toulouse.


Cet article a 9 commentaires

  1. Lynn

    Merci pour le lien sur cet article très éclairant.

  2. Alain

    +1. Merci.

  3. Space Boy

    C’est comme avec chaque nouveau truc:
    * le tabac: on ne savait pas non plus que c’était dangereux
    * amiante
    * plein de produits chimiques

    On ne sait pas tout à l’avance, donc avançons et continuons le recherche. Si pas bon, on s’adapte non?

  4. Philippe

    Le CNRS a démontré il y a plusieurs années de cela qu’un téléphone 3G émettant en permanence et placé près d’oeufs de poule en incubation, détruisait les chaines ADN des embryons de poule et que le taux de morbidité de ces embryons étaient en de telles conditions bien supérieurs à la moyenne. Plus vous êtes près de l’antenne émettrice pour cela crée de dégâts… Une série de 4 vidéos relatant entre autre cette très sérieuse étude et ayant pour titre “Révélations sur les ondes électromagnétiques” sont disponible sur Youtube.

    Part ailleurs le très sérieux organisme de protection de la nature “Pro Natura” parle d’études ayant mis en avant des interactions problématiques entre la 5G et les insectes.

    Donc quand vous colportez une étude prétendant que soit disant “Dans la gamme des radiofréquences, les résultats des travaux scientifiques conduits à ce jour n’ont pas démontré l’existence d’un effet nocif, ni de mécanisme biologique plausible pouvant sous-tendre un risque en dessous des valeurs limites réglementaires.”, vous me laissez très perplexe et bien songeur…

  5. Y

    Merci Philippe de comparer des études disposant d’une bibliographie des sources avec… des vidéos Youtube.

    Pour vous citer : « vous me laissez très perplexe et bien songeur… »

  6. Jouflu

    Quelqu’un m’a dit que quelqu’un lui avait dit que quelqu’un avait dit que c’était dangereux…
    Ou comment comporter des rumeurs !
    Tant qu’il n’y a pas de référence sérieuse, ce ne sont que ragots.
    L’étude citée dans cet article est référencée et disponible. Contrairement aux commentaires qui suivent 😉

  7. Bertrand

    L’étude du CNRS a également remonté que
    “Au terme de 10 années d’études, l’équipe d’Elisabeth Cardis a conclu qu’il existe une
    légère réduction du risque de tumeurs étudiées chez les personnes ayant utilisé régulièrement le téléphone mobile pendant un an ou plus, par rapport aux nonutilisateurs. Les chercheurs eux-mêmes ajoutent qu’il est probable que ceci soit dû à un biais dans l’étude (Cardis, et al. 2010)”

    Oui, une réduction du risque de tumeur, mesurée sur 10 années.
    L’article signale également que 4 fois par ans des études sont mise-à-jours. En fait, et on le dit depuis longtemps, on n’a rien qui prouve que les radio fréquences soient nocives dans les gammes d’ondes spécifiées.

    PS: https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01251692/document Mais il faut tout lire et bien lire pour que ça ait de la valeur.

    1. Kiwi

      Il existe de nombreux rapports scientifiques très sérieux qui disent pourtant le contraire…
      https://www.cellphonetaskforce.org/planetary-emergency/#

      Pas besoin d’être un scientifique pour savoir que une exposition permanente aux radiation électromagnétique est néfaste pour les animaux et les humains, principalement pour les insectes et les oiseaux, sur toute la planète

      C’est sans compter l’envoi en orbit des milliers de satellites, plus de 860 rien en 2020, sachant que le lancement d’une fusée, à pleine puissance, consomme 7500 litres de fioul à la seconde

      A bon entendeur

  8. Xavier Studer

    Bonjour à tous,
    Je me vois contraint de fermer les commentaires sous cette note, voyant des charlatans essayant de s’exprimer ici. Je vous suggère plutôt de vous référer au message de Sarah Driessen, Dr en sciences naturelles et responsable de la base de données allemande EMF-Portal, qui répertorie des dizaines de milliers de travaux scientifiques sur les effets des ondes électromagnétiques.
    Belle fin de semaine!

    https://www.deutschland-spricht-ueber-5g.de/magazin/keine-sorge-und-erst-recht-keine-angst/

    https://www.emf-portal.org/en

Les commentaires sont fermés.