Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

High-tech: «Champs électromagnétiques, environnement et santé»…

L'arrivée de la 5G crée la polémique en Suisse.

L’arrivée de la 5G crée la polémique en Suisse.

Tel est le titre du livre actualisé et republié en 2018 sous la direction d’Anne Perrin et Martine Souques aux éditions EDP Sciences. Alors que la 5G débarque, cet ouvrage a le mérite de faire le point sur les nombreuses technologies en lien avec des ondes électromagnétiques, c’est-à-dire du transport de l’électricité à l’induction jusqu’à la téléphonie mobile, et sur leurs risques…

Dès la préface, signée Jean-François Doré, la tonalité est donnée: «Depuis les affaires de l’amiante et du sang contaminé, on observe une perte de confiance, voire une défiance, vis-à-vis des experts et des pouvoirs publics. Sur internet ou dans les médias, la prolifération d’informations non vérifiées, de prises de position péremptoires de  lanceurs d’alerte et de certains scientifiques, de reportages alarmistes, a alimenté les théories du complot».

«L’expertise scientifique minutieuse et rigoureuse, mais complexe et difficilement accessible au simple citoyen, est souvent rejetée en bloc par les promoteurs de la peur. Elle fait difficilement le poids face au buzz engendré par la publication de certaines études ou la diffusion prématurée de résultats partiels», poursuit le Directeur de recherche de l’INSERM.

La crainte de l’électro-smog

Au fil de l’ouvrage, on réalise une fois de plus que l’utilisation «des ondes» et que de manière générale l’exposition aux champs électromagnétiques n’est pas nouvelle. D’ailleurs, de tous temps, les auteurs rappellent que les humains, comme tous les êtres vivants, ont toujours évolué au milieu de rayonnements naturels. Mais désormais, le caractère artificiel de cet électro-smog fait parfois couler beaucoup d’encre.

En introduction, il est notamment rappelé que l’objet du livre porte sur les rayonnements non ionisants, c’est-à-dire, pour faire simple, dont l’énergie électromagnétique transportée est insuffisante pour provoquer l’ionisation d’atomes ou de molécules. L’un des principaux effets de ces rayonnements de radio-fréquences (RF) est notamment de provoquer un échauffement des tissus organiques.

«Démarche de précaution»

La section sur les communications sans fil et les radiofréquences a notamment retenu toute notre attention. Citons par exemple cet extrait: «La plupart des gouvernements ont pris très au sérieux l’impact éventuel de ces technologies sur la santé.»

«C’est surtout le développement rapide de la téléphonie mobile qui a suscité un effort considérable et mondial de recherches sur le sujet auquel plus de dix millions d’euros par an ont été consacrés pendant près de vingt ans. Ces recherches s’inscrivent dans une démarche de précaution, notamment du fait que l’émetteur se trouve positionné à proximité de la tête lors des conversations téléphoniques».

Des études critiques critiquées…

Certaines études polémiques sont aussi mises en perspective: «Début 2018, le National Toxicology Program (NTP), un programme gouvernemental de recherche américain, a diffusé les rapports d’étude in vivo chez des rats et des souris, montrant une légère augmentation de deux types de tumeurs rares, cérébrales (gliomes) et cardiaques (schwannomes cardiaques) chez des rats.»

«Ces résultats ont eu un fort retentissement médiatique, pourtant une analyse plus approfondie du document montre que l’espérance de vie des animaux est augmentée par l’exposition RF que les effets sont observés à des niveaux thermiques, connus pour induire des effets délétères et que l’exposition corps entier utilisée n’est pas représentative de l’usage d’un téléphone mobile», est-il encore précisé.  Lire aussi à ce sujet le point de vue du groupe BERENIS

Une situation «paradoxale»

La conclusion du chapitre qui nous intéresse semble là aussi ne laisser que peu de place aux craintes des réactionnaires et autres conspirationnistes qui s’érigent face à la 5G en cours de déploiement en Suisse et dans le monde. Des doutes qui surviennent après des dizaines d’années d’utilisation de la téléphonie mobile…

«Des instances et organismes internationaux et nationaux diffusent régulièrement l’information disponible sur l’état des connaissances et communiquent sur le risque. Pourtant, nous restons face à une situation paradoxale: l’incertitude se réduit et les conclusions des expertises sont rassurantes, mais craintes et rumeurs perdurent alors que les téléphones mobiles sont utilisés massivement, tout comme le wifi et que le déploiement d’autres réseaux de communications est en cours.»

Évidemment, il convient de rester prudent et d’appliquer les dernières normes recommandées par les scientifiques… A suivre.

Xavier Studer

Champs électromagnétiques, environnement et santé, collectif sous la direction d’Anne Perrin et Martine Souques, EDP Sciences, 2018, 241 pages disponible pour environ 39 francs chez Payot.

Pour aller plus loin

Les auteurs citent, notamment à la fin des différents chapitres, d’innombrables autorités et sources utiles. Voici juste deux ou trois liens utiles dont certains ont déjà été cité dans ma synthèse de la question de l’année dernière.

Les champs électromagnétiques sur le site de l’OMS

Scientific Committee on Health, Environmental and Emerging Risks (SCHEER)

International Commission on Non-Ionizing Radiation Protection (ICNIRP)

L’EMF-Portal, qui liste des milliers d’études

Radiofréquences et santé sur le site de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (France)

18 commentaires pour “High-tech: «Champs électromagnétiques, environnement et santé»…

  1. 29/04/2019 à 06:49

    +1

  2. Paulo
    29/04/2019 à 07:16
  3. Jaublau
    29/04/2019 à 21:50

    Depuis l’arrivée des compteurs intelligents je fait de l’acouphène, bien sûr que je n’est pas réalisé sur le coup je croyais que la cause était l’écoute de la musique avec des écouteurs mais dernièrement je suis passé dans un tunnel sous l’eau en auto étant isolé mon acouphène ses complètement arrêté le temps du passage et ma tête est devenu complètement silencieuse des années que je n’es pas écouté le silence totale le bien ressentit ma poussé à faire des recherches et à réalisé que j’étais loins d’être seul dans le monde, alors l’arrivée de la 5g avec ses milliers d’antenne en plus sur ma ville m’oblige à déménagé déjà que je dors très mal toujours obligé d’avoir un bruit de fond actif se qui dérange ceux autour de moi qui veulent dormir donc ses un vrai cochemar cette technologie

  4. DSP
    30/04/2019 à 01:06

    Je viens de lire le rapport Berenis. Il dit clairement que les deux études ont montré une tendance d’augmentation de la cancérogénicité de ces tumeurs dépendant de la dose.
    Quelle soit légère ou non, il y a bien une augmentation. Alors vous me direz que l’exposition était plus élevée, etc, etc…
    L’exposition proche des antennes avoisine les 5 V/m à l’intérieur des maisons. Et le beau graphique de Swisscom est totalement faux.
    Vous pouvez vérifier mes dires auprès de chaque office cantonale en charge.
    Et encore une fois, le problème avec la 5G sera la puissance émise.
    Un article paru dans l’Aargauer Zeitung parle de « Bubentrick » (expression allemande pour parler d’une astuce peu reluisante). Monsieur Markus N. Durrer qui fait parti du groupe de travail du Conseil Fédéral pour évaluer les risques met en garde que la modification de l’ordonnance qui a été effectuée juste avant Pâques permettra d’augmenter la puissance de 10 à 40 fois.
    De plus, une autre partie de l’ordonnance a été modifiée. Les antennes qui diffuseront moins de 800h par an pourront être exempter de toute limite.
    Alors pourquoi changer l’ordonnance si la puissance restera la même?
    Donc, pour en revenir aux deux études, c’est là qu’elles deviennent significatives, puisqu’on entrera dans les fourchettes élevées d’exposition.

    L’article en question:
    https://www.aargauerzeitung.ch/schweiz/neuer-streit-um-handy-strahlung-5g-skeptiker-beklagen-bubentrick-134385944

  5. 30/04/2019 à 07:50

    Un bilan de la contribution de l’étude NTP à l’état des connaissances
    https://www.europeanscientist.com/fr/opinion/ntp-radiofrequences-et-cancer-une-vraie-saga/

    • DSP
      30/04/2019 à 15:55

      Voici la réponse du Dr. Melnick PhD (il a dirigé l’étude NTP).
      https://www.youtube.com/watch?v=EC47tT-BhiY
      https://www.youtube.com/watch?v=nC-FvW9FAVY

      Mais bon, on dira que c’est un charlatan de plus.

    • Mandax
      30/04/2019 à 19:26

      Comment se fait-il qu’Anne Perrin, qui est un des auteurs du livre que vous recommandez, viennent commenter cette article? Qui plus est, en redirigeant vers un article dont elle l’est l’auteur!

      Est-ce que vous avez été sponsorisé Monsieur Studer pour parler de ce livre? Pourquoi cette obstination à vouloir défendre la 5G?

      • 30/04/2019 à 22:35

        Livre acheté 39,80 francs chez Payot. Et je ne connais pas Anne Perrin. Pour le reste, je vous laisse seul juge de vos élucubrations. Enfin, cet article évoque les ondes électromagnétiques de manière générale et pas spécifiquement la 5G, une technologie parmi d’autres.

  6. Emanuel
    30/04/2019 à 14:39

    Pour ma part, une surexposition dans le cadre de mon travail de technicien, a contribué a ce que je sois encore en vie !!!
    En effet, mon électrosensibilité a permis que je sois admis aux urgences et pendant 3 jours aux soins intensifs a l’hôpital, avec une arythmie cardiaque très prononcé. Les examens qui ont suivi ont révélé un anévrisme de l’aorte qui risquait de se rompre à tout moment, et cela m’a permis de me soumettre à une intervention chirurgicale dans de très bonnes conditions !
    J’étais soigné par un très compétant chirurgien qui me prévenait toutes-fois que son incontournable intervention ne sera sans doute pas la solution a tout : Arythmie, absences de sommeil, divers maux de mon système nerveux, migraines oculaires, vertiges, engourdissements, moments d’inconscience… qui pouvaient me surprendre à tout moment.
    Malgré la meilleure volonté de mes médecins, je me trouvais entraîné dans une errance médicale depuis près de 20 ans et cela durait encore 4 ans de plus. Suite à un déménagement dans un immeuble très calme, mes symptômes se sont accentués, ajoutant un acouphène, jusqu’à me trouver exposé, enfin, a des symptômes immédiats, très explicites, lors de l’utilisation prolongé de téléphones fixe sans fil (système DECT) a mon domicile et dans mon travail…

  7. Charlotte
    30/04/2019 à 18:36

    Merci pour cet article. Inquiétant, tout de même…

  8. Pedro
    01/05/2019 à 21:14

    C’est au moins le 5ème article sur le sujet.. quel intéret ?

    La seule chose qu’il faut voir ce sont les cancers en augmentation d’année en année cause ? nourriture, environnement, produit toxique utilisé, micro plastique, radioactivité, ionisation des aliments, … ?
    Il y a des études qui montrent tout et n’importe quoi mais au final, on ne sait toujours pas comment le cerveau marche même si cela fonctionne par impulsion électrique alors qu’on lui balance des ondes électriques qui le traversent de part en part.
    On ne sait même pas si c’est le cerveau ou si c’est un autre organe qui nous contrôler réellement. J’ai aussi vu une étude sur l’estomac qui nous contrôlerait car c’est là où on a mal lorsqu’on est stressé, …

    Il faudrait déjà commencer par des cures de désintoxication des appareils électroniques en tout genre pour la majorité et le problème de la 5g ne se poserait même plus. On en avait pas avant, on survivait très bien et on peut survivre sans demain ce n’est pas du tout indispensable.

    • boisneau
      03/05/2019 à 21:00

      Bonjour Pedro

      Quel intérêt ? c’est simple. Les fausses informations ou interprétations inexactes de vraies informations qui circulent dans le public à propos des ondes ne sont pas neutres. Elles posent plusieurs problèmes dont l’un est un problème de santé publique.

      -Mettre en avant des informations hypothétiques voire imaginaires en les présentant comme « dangereuses pour la santé » parce que ça fait vendre avec des gros titres, jette la confusion dans l’opinion sur les dangers cette fois bien documentés. « Pourquoi arrêterais-je de fumer puisque tout est empoisonné » ? (faux) Pourquoi passerais-je à la cigarette électronique si c’est aussi dangereux ? (faux) C’est ce relativisme qui est mortifère et qui pose un grave problème. Si l’on prend le rapport annuel de l’Institut Gustave Roussy sur la mortalité avérée par cancer, on trouve de très très loin le tabac suivi par l’alcool etc. Tout est dit par les experts du domaine, encore fait-il les écouter ! (Anne Perrin dont il est question dans l’article est un expert international reconnu par ses pairs dans le domaine de la santé et des ondes).

      -Il est documenté que l’inquiétude peut rendre malade (effet Nocebo). L’expérience a été faite notamment avec des rayonnements électromagnétiques factices (Witthoft Rubin 2013). On peut aller plus loin en étudiant le « syndrome du bâtiment malsain », un terme diplomatique pour parler de l’hystérie collective.

      -Par ailleurs, Il existe des personnes en situation de souffrance physique et psychique dont la médecine ne parvient pas toujours à diagnostiquer l’étiologie. Ces personnes ont souvent consulté des dizaines de médecins. L’académie de médecine Française parle à ce sujet « d’errance thérapeutique ». Ces personnes sont hélas les premières victimes de ces fausses infos en croyant mettre enfin un nom sur ce qui serait à l’origine de leur souffrance. La plupart du temps ce n’est même pas « un nom » mais mais bien davantage ! Parce que cela ne concerne pas que les ondes mais toutes sortes de sujets comme les amalgames dentaires, la maladie « chronique de Lyme » ( à ne pas confonde avec Lyme tout court) etc.
      Ce faisant, ces personnes s’éloignent de la médecine et s’enferment malheureusement dans une situation sans issue puisque le problème est ailleurs.

      Voilà pourquoi c’est important d’en parler. Voilà pourquoi il faut remercier Xavier Studer d’aborder la question sous l’angle de l’état des connaissances scientifiques, et de tout documenter. C’est malheureusement et étonnamment trop rare.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :