Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Télécoms: petit guide des options pour les nuls

Sans option ou carte dédiée, gare aux factures de roaming....

Sans option ou carte dédiée, gare aux factures de roaming….

Ce n’est pas nouveau. Les tarifs commercialisés par nos opérateurs téléphoniques sont une véritable jungle. En ce sens, l’offre de Swiss Mobile lancée cette semaine est intéressante de par sa simplicité et par le peu d’options proposées. Elle met indirectement en exergue la complexité d’offres prépayées qui se voulaient simples à la base.

Nos opérateurs sont incorrigibles. Ils préfèrent proposer des tarifs peu comparables entre eux ou complexes à souhait pour que M. et Mme Tout-le-Monde s’y perdent et se fasse avoir une fois ou l’autre. En ce sens, un blogueur responsable* les incitera toujours à jeter un œil à leur abonnement ou formule mobile et à comparer…

Analyser sa consommation

L’élément fondamental est systématiquement de partir de ses dernières factures ou relevés de compte, lorsqu’ils sont disponibles. Pas comme chez Orange! Ensuite, il est essentiel de se faire une idée de sa consommation effective. Combien de temps passe-t-on au téléphone, vers quel numéro? Vers la Suisse ou l’étranger? Quel est le volume de données que nous utilisons effectivement. Est-on régulièrement appelé sur son cellulaire…

A partir de ces indications, il devient possible de passer en revue les tarifs de son opérateur (voire de changer) et d’envisager la possibilité de souscrire à une ou plusieurs options. Mais attention, car ce genre de paquets est compliqué à apprécier. On ne peut, par exemple, jamais diviser la valeur absolue du paquet par la quantité de minutes qu’il contiendrait pour avoir le prix d’une minute moyenne.

Calculé pour plumer le consommateur

Les opérateurs les calculent pour faire en sorte que souvent on n’en utilise qu’une partie, ce qui renchérit le prix final comme ces options sont souvent proposées avec une durée maximale d’utilisation. Pire, certaines options se renouvellent automatiquement et d’autres pas. Il est évident que le jour où en en aura besoin, elle ne sera pas activée. Ou alors le contraire: on paiera longtemps dans le vide… Le plus juste et l’option facturée en cas d’utilisation. Et ça existe.

Le monde des options est conçu pour brouiller sciemment les pistes et les calculs. Elles sont conçues pour qu’on paie forfaitairement des choses qu’on n’utilise pas forcément. En fait, c’est une sorte de béquille pour faire passer des tarifs de base qui restent parfois exagérément élevés en comparaison internationale.

Exemple concret

Leur utilisation est réellement complexe. Je donne un exemple réel. Lors de mon dernier voyage à Berlin, à l’occasion de l’IFA 2014, je me dis que cette année je vais limiter mes frais de roaming. Je renonce donc à prendre la plus grande option pour choisir un volume de 200 Mo de données. Je me dis que pour trois jours, en utilisant les Wi-Fi gratuits, j’aurai nettement assez de volume…

Pas de chance.  J’avais commencé à mettre à jour un programme informatique avant de prendre l’avion à Genève-Cointrin en utilisant mon volume illimité de données. L’embarquement se faisant dans les temps, je ferme mon PC en pensant que l’opération était terminée. A Berlin, je choisis mon option de 200 Mo qui s’épuise en deux minutes chrono… Je réalise alors ce qui venait de se passer.

Pour éviter tout nouveau problème, je me dis qu’il serait finalement plus sage de souscrire cette fois à l’option pour 1 Go de données. Un tel volume est plus pratique et je n’aurai pas besoin de chercher de Wi-Fi et ne prend pas de risque ne matière de sécurité. Au final, je consomme environ 600 Mo de données sur le Go acheté. J’ai payé pour 1,2 Go de données pour une utilisation de 800 Mo au total.

Prudence, prudence

Les options sont donc difficiles à manier même lorsqu’on connait bien ses habitudes et les différents produits proposés par un opérateur. Pour M. et Mme Tout-le-Monde, leur utilisation est généralement un vrai cauchemar surtout lorsqu’elles sont redondantes avec des minutes ou un volume de données déjà inclus dans un abonnement Infinity par exemple…

Les opérateurs téléphoniques connaissent bien la situation. Ils n’ont donc pas fini de jouer avec nos nerfs et de nous plumer en complexifiant à souhait leurs tarifs. Parfois, comme Aldi Mobile, ils ne mettent pas les options en évidence dans les sections concernées, histoire de troubler encore un peu plus le consommateur…

Réfléchir et vérifier!

Au final, une simplification générale de tout ce fatras serait souhaitable. Dans l’intervalle, fidèle à une ligne adoptée il y a une dizaine d’années, je ne peux que recommander au consommateur de prendre son bâton de pèlerin et de vérifier de par lui-même les tarifs ou options qui lui conviendraient le mieux… Il est clair que des tarifs bas sans option sont une réelle sécurité. Il est aussi capital de vérifier ses factures…

J’allais oublier. Contrairement aux conseils de certaines associations, qui parfois privilégient leurs croisades politiques aux intérêts de leurs membres pour se donner de la visibilité, ce site est entièrement gratuit. Je précise que ces lignes sont rédigées exclusivement sur mon temps libre par intérêt et de manière bénévole. Je ne gagne pas d’argent avec cette colonne alimentée quotidiennement.

En fils de commerçant ayant baigné depuis mon plus jeune âge dans des réalités économiques, j’ai tout de suite compris l’intérêt de laisser Google diffuser des publicités, que je ne choisis pas, pour payer mes déplacements à l’étranger et les différents frais liés à ce site. Mieux, parfois j’organise des concours en échange d’un peu de visibilité pour une marque. Ne pouvant compter sur de l’argent qui tombe du ciel, la plupart des publications censées font de même… La qualité de l’information n’est pas affectée. L’internaute a tout à y gagner. CQFD

Xavier Studer

* J’essaie de prende connaissance des dernières infos avant d’en proposer une interprétation superficielle, voire discutable…

18 commentaires pour “Télécoms: petit guide des options pour les nuls

  1. Anjoco
    19/10/2014 à 10:52

    Votre histoire de mise à jour d’un programme sur PC au départ de Genève-Cointrin me fait penser à une autre situation que je viens de vivre et qui m’a grillé en quelques minutes les 3/4 de mon forfait de 400 MB que je me suis octroyé avec l’option Easy Smart.
    Situation coûteuse que j’ai documenté sur http://prosenfr.ch/forum/viewtopic.php?f=13&t=470

    • 19/10/2014 à 10:59

      Oui, en principe avant de partir à l’étranger, je met tout à jour sur PC, mobiles et tablettes. J’interdis ensuite les mise à jour automatiques…

    • Myriam
      19/10/2014 à 1:02

      Bonjour,
      Il m’est arrivé là même chose. J’avais pris 1gb pour 1 semaine et faisait Hotspot WiFi pour la famille.
      Les joies de Google drive et sa sauvegarde des photos (dont personne ne s’est prive) m’ont coûté 650mb en 30min..les effets secondaires du 4g.
      Prudence donc avec le roaming. Heureusement que je recevais des SMS me notifiant du nombre de mb restants.
      Abe.

  2. Michel
    19/10/2014 à 10:56

    Votre site est très intéressant Xavier, grand merci !!!

    Ce qui me dérange le plus, c’est le fait que l’on ne puisse pas acheter un volume de données d’une durée illimitée. Là vraiment, on a l’impression d’être plumé par un opérateur dont les tarifs sont nettement plus élevés que ceux de nos voisins étrangers. On a l’impression que Swisscom est une pompe à fric en situation de quasi monopole.
    Je ne conteste pas la qualité du « puissant opérateur », comme vous l’appelez. Mais il me semble que l’on pourrait nous laissser profiter totalement d’un volume acheté et dûment payé.
    Bon dimanche

  3. Anjoco
    19/10/2014 à 11:01

    Je vais dans le même sens que Michel.

    Monsieur Prix devrait faire interdire les forfaits de données cellulaires tels qu’ils sont conçus aujourd’hui.
    Je trouve aberrant de payer pour un produit dont on vous retire la propriété du solde au bout d’un mois. L’idée serait de consommer complètement et sans limite de date ce qu’on achète avant renouveler son paquet de données.

    • 19/10/2014 à 11:04

      Oui, je relève ce problème ci-dessus. Encore une belle combine de nos opérateurs… Imaginez le paquet de sucre qui s’auto-détruit au bout d’un mois!

      • rolgui
        19/10/2014 à 11:34

        C’est bon pour le sucre mais pas comme des légumes oubliés pendant un mois.

    • rolgui
      19/10/2014 à 11:29

      C’est comme ça que les opérateurs s’enrichissent. Mais vous avez parfaitement raison, on devrait pouvoir garder en stock les restes de forfaits non utilisés.

      • Anjoco
        19/10/2014 à 11:34

        Ne pourrait-on pas organiser une pétition électronique dans ce but ou mobiliser les fédérations de consommateurs?
        Aurions-nous une chance de faire bouger les choses ou faut-il baisser les bras définitivement?

        • 19/10/2014 à 12:24

          Je parierai davantage sur une meilleure régulation et plus de concurrence… Mais pourquoi pas. Pour ma part je continue d’informer, mais ne fais pas de politique.

  4. rolgui
    19/10/2014 à 11:31

    Comme je l’ai commenté dans votre blog de hier:
    Pas facile de jongler dans cette jungle.

  5. 19/10/2014 à 1:58

    Il manque un comparateur en ligne indépendant où nous pouvons entrer nos données. Comme paramètre d’entrée, il faudrait pouvoir insérer :

    1) les minutes d’appel vers chaque opérateur (par ex. pour CoopMobile, c’est gratuit vers le réseau Orange)
    2) les minutes vers le réseau fixe
    3) le nombre de sms
    4) le nombre de Mo que nous utilisons
    5) l’amortissement du smartphone (en pouvant comparer ce que propose les opérateurs à ce que l’on trouve sur le marché – voir remarque ci-dessous)

    On pourrait ajouter :
    6) les minutes vers les pays étrangers, avec possibilité de sélectionner par pays.

    Comparis offre effectivement une comparaison. Cependant, la comparaison fait appel à 6 profils prédéfinis qui n’ont peut-être aucun rapport avec votre consommation réelle. De plus, Comparis ne fait pas de distinction pour les points n° 1 et 2. Le points n°5 et n°6 ne sont pas pris en considération.

    Enfin, pour les abonnements, on ne sait pas toujours combien on paie pour le smartphone. De plus, les opérateurs ont tendance à gonfler le prix des smartphones, ce qui fait croire au client qu’il fait une bonne affaire avec la subvention du téléphone. Par exemple, sans abonnement, le Samsung Galaxy S5 blanc 16Go est à 499.- chez Microspot, 659.- chez Swisscom, 757.- chez Sunrise et 799.- chez Orange.

    • Marcel Liard
      19/10/2014 à 2:40

      Il suffit de créer un fichier sous Excel et le tour est joué. J’avais fait cela il y a quelques années. Maintenant cela m’importe peu ces comparaisons parce que ce qui est valable un mois ne l’est pas forcément le suivant et ainsi de suite.

    • Sunny
      19/10/2014 à 7:38

      Tu as dschungelkompass.ch qui te permet de personnaliser ton profil de A à Z et te fais les offres avec et sans mobile 🙂

  6. Sunny
    19/10/2014 à 7:37

    Sunrise a vraiment un bon produit : on peut uper sur l’abonnement suppérieur avant de partir à l’étranger et au retour, on peut reprendre l’abonnement qu’on avait. Pouro ma part, je prends donc Sunrise World avant de partir (avec 100 MB inclus) et quand je suis rentré de vacances, je regarde combien de MB ont été utilisés. A partir de là, je fais le pro-rata combien de jours je dois avoir l’abo Sunrise World (car ils font aussi la facturation des MB au pro-rata). Et je change au bon moment 🙂

    Toutefois, cette pratique est conseillée lorsqu’on part en vacances au début du mois et non en fin de mois (selon la quantité de Mo utilisée à la sortie de l’avion).

    Mnt, reste à savoir comment Swiss Mobile va faire sa pub afin de concurrencer les autres opérateurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :