Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Premier trimestre: poussés dans les cordes, les téléréseaux se la jouent Coué!

Le réseau câblé en Suisse.

Le réseau câblé en Suisse.

Le rachat du premier câblo-opérateur du pays, UPC par Sunrise, un opérateur télécom «traditionnel» devrait résonner aux oreilles de Suissedigital comme une première forme de «mise sous tutelle». Concrètement, cela signifie que le câble à besoin de nouvelles énergies pour se préparer au futur. Au terme du 1er trimestre 2019, la faîtière se la joue Coué et reste confiante!

En effet, l’association économique Suissedigital tire un bilan positif du premier trimestre de cette année. «Malgré un contexte compétitif difficile, plusieurs membres de l’association ont réussi à s’imposer avec de solides performances», écrivent les téléréseaux dans un communiqué de presse diffusé mardi.

Un échec très clair d’une partie du câble

«Le marché des télécommunications reste âprement disputé. C’est ce que montrent nettement nos chiffres. Au premier trimestre 2019, la branche a ainsi enregistré un recul de 3,7% du nombre d’abonnés par rapport à l’année précédente», explique Simon Osterwalder, directeur de Suissedigital.

Difficile de rester serein lorsqu’on perd 3,7% de ses abonnés en une année. Pire, le recul est même de 6% sur le métier de base alors que de gros investissements ont été consentis, notamment en matière de droits sportifs. Un tel bilan fleure plutôt l’échec sonnant et trébuchant! Un bilan négatif dont UPC est assez lourdement responsable…

Un potentiel indéniable!

Pourtant, comme le soulignent régulièrement ici certains observateurs, le câble bénéficie d’une meilleure assise technologique que les opérateurs traditionnels. Le raccordement métallique permet assez facilement d’atteindre le Gigabit, voire davantage avec des investissements sous contrôle, ce qui est beaucoup plus compliqué avec le «lacet» téléphonique…

Et puis, nombre de téléréseaux, à l’image d’un Citycable ou d’un Net+ peuvent jouer la carte d’un fort ancrage régional et de la proximité, ce qui n’est pas le cas de certains monstres qui ne parlent parfois qu’un dialecte… Reste que plus que jamais, les entreprises du câble doivent se battre ensemble avec des produits compétitifs…

Se positionner pour l’avenir…

En ce sens l’arrivée de Sunrise est positive et nécessaire pour UPC. Mais qu’adviendra-t-il des autres, partenaires ou non de Net+ ou Quickline. Une chose est certaine: la méthode Coué ne suffira plus pour garantir l’avenir des quelque 200 sociétés concernées…

Toutefois, ce constat est à nuancer… Des entreprises comme Net+ progressent sur tous les fronts même si la TV de base continue légèrement de régresser. Il est essentiel pour le futur que les entreprises du câble s’unissent pour développer de bons produits et se positionner habilement sur un territoire qu’elles connaissent bien, conclut en sustance Christian Maret, directeur commercial de Net+.

Xavier Studer

Chiffres du 1er trimestre 2019

Abonnements Le 31/03/2018 Le 31/03/2019 Évolution
Total de la téléphonie 964’500 993’000 +28’500 (+3%)
–          Dont téléphonie fixe 804’500 778’000 -26’500 (-3,3%)
–          Dont téléphonie mobile 160’000 215’000 +55’000 (34,4%)
Internet haut débit 1’246’000 1‘190’000 -56’000 (-4,5%)
Télévision 2‘330’000 2‘190’000 -140’000 (-6%)
Total des abonnements 4‘540’500 4‘373’000 -167’500 (-3,7%)

 

4 commentaires pour “Premier trimestre: poussés dans les cordes, les téléréseaux se la jouent Coué!

  1. Tricoline
    29/05/2019 à 06:07

    Le scénario du pire :

    1) Sunrise liquide UPC, en migrant les clients du coaxial vers la paire de cuivre ou la fibre, c’est réalisable en quelques petites années, ceux qui seront inéligibles seront laissés sur le carreau.

    2) Ensuite les autres petits cablos (étouffés) restant seront absorbés par Sunrise ou d’autres …

    Résultat : Swisscom sera le super grand gagnant car c’est lui le propriétaire du dernier « kilomètre » cuivre ou Fibre (le plus souvent), le perdant cela sera le consommateur final, les possibilités de faire jouer la concurrence s’aminciront au fur et à mesure que Swisscom dictera sa loi.

    • Flavio
      29/05/2019 à 14:10

      Je ne vois pas l’intérêt pour Sunrise de migrer les clients coax sur le cuivre de Swisscom. Pour la fibre pourquoi pas, mais sur du cuivre de Swisscom ça voudrait dire continuer de payer des sommes astronomiques à Swisscom pour accéder à sont vétuste réseau.

      Le coax est bien plus performant et stable que le cuivre de Swisscom.

  2. Arthur
    29/05/2019 à 07:29

    Il serait plus judicieux de parler du câble comme modèle économique que comme technologie, car pour l’énorme majorité des clients privés , la différence ne se constate pas.

    • Tricoline
      29/05/2019 à 09:59

      C’est très souvent exacte Arthur.

      Le dilemme que Sunrise devra résoudre, c’est je migre mes clients actuellement en coaxial vers la paire de cuivres en mains de mon concurrent Swisscom, ceci pour me simplifier la vie et ne plus devoir investir et entretenir le réseau coaxial, mais je perds complètement la maîtrise du last mile et je deviens un opérateur virtuel à la merci de swisscom, ce dernier pouvant favoriser ses clients d’une manière ou d’une autre.

      L’acquisition de upc par Sunrise risque de nuire à la concurrence qui existe aujourd’hui entre les cablos et les telcos, le développement du réseau serait uniquement entre les mains de Swisscom, pas bon sur le long terme.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :