Télécoms: Suissedigital confirme les problèmes des téléréseaux en 2020

  • Post last modified:11/03/2021
  • Post comments:1 commentaire
Le câblo-opérateur UPC compte sur Sunrise pour le sauver...
Le câblo-opérateur UPC compte sur Sunrise pour le sauver…

Suissedigital, la faîtière des téléréseaux suisses, a communiqué mercredi les performances des sociétés qu’elle fédère. Encore une fois, le résultat n’est pas brillant en 2020, même si ces entreprises sauvent les meubles en vendant des abonnements mobiles en dehors de leurs réseaux. Et à l’avenir après la digestion de Sunrise par UPC?

Les chiffres, probablement fortement plombés par UPC sont peu glorieux. Recul dans tous les domaines, à l’exception du mobile, qui permet de garder des abonnés avec des offres souvent avantageuses. Quoi qu’il en soit, on garde le sourire.

Accès plus direct au mobile

«2020 a été une année compliquée au cours de laquelle les réseaux de communication ont réussi à faire leurs preuves dans des circonstances difficiles», explique Simon Osterwalder, directeur de Suissedigital. Malgré un léger recul des abonnements, Simon Osterwalder tire un bilan positif, qui se veut rassurant pour l’avenir.

«La fusion de UPC et Sunrise renforce non seulement l’entreprise combinée ainsi créée mais également Suissedigital et ses membres. Simon Osterwalder: “Nous disposons ainsi d’une assise plus vaste sur le marché suisse des télécommunications et nos membres bénéficient d’un accès plus direct à des offres de téléphonie mobile. Mais ce qui est beaucoup plus important est que la population suisse profitera de la fusion de UPC et Sunrise.”», selon un communiqué.

Quel duopole? Et Salt?

Lorsqu’on regarde ces différents chiffres et qu’on les additionne, on constate que lentement mais sûrement une forme de duopole se met en place. Heureusement qu’ils restent différentes sociétés concurrentes, dont Salt, pour donner le change. Mais des signaux négatifs apparaissent déjà…

La marque UPC et toute sa symbolique négative semblent déjà contaminer Sunrise, dont l’état du réseau semble souffrir des discussions autour de cette fusion selon les derniers tests. Tout l’excellent travail réalisé ces dernières années par Salt va-t-il passer à la poubelle? Liberty Global devra monter qu’il sait faire plus que de produire des résultats financiers. Ce n’est pas gagné, y compris pour la branche du câble…

Xavier Studer

Communiqué de presse du 10.03.2021_FRE

 

La publication a un commentaire

  1. Tricoline

    Les clients TV chez Sunrise c’est 1 à 5 face à Swisscom TV (300’000 contre 1.5 millions) donc cela devient compliqué en finalité, surtout quand on est dépendant du réseau de Swisscom.
    .
    Je ne suis pas aussi persuadé que cela de l’excellent travail de Salt, car hormis la vente d’abonnements low cost (Salt Fiber) via de la fibre qui n’est pas en ses mains (de plus très limité en disponibilité) et avec un réseau mobile en retrait par rapport à ses concurrents.
    Salt c’est un outsiders qui ne va pas pouvoir satisfaire toute la population de ce pays, d’ailleurs étrangement même à prix cassé, ce n’est pas la ruée ? Pourquoi donc ?
    .
    En Suisse le marché de la TV il est saturé, une bonne frange de la nouvelle génération ne veut plus de la TV linéaire, l’OTT et le streaming ont fait leur place, même Swisscom fait de la publicité pour Netflix dans ses pub TV !
    .
    Dans ses conditions que va faire UPC avec les 300’000 clients TV sur le réseau fixe de Sunrise (entre les mains de Swisscom) et avec ses clients TV sur coaxial (plus d’un million environ)
    Ne rien changer ou migrer ces 300’000 clients sur son réseau coaxial ?
    .
    Et au vu de la non intervention du politique dans la régulation des télécoms, la situation actuelle va perdurer, évidement au détriment des consommateurs qui en font les frais, vu que la concurrence ne joue absolument pas, un exemple : pas plus de 25% des ménages peuvent souscrire à un abonnement fibre tout cour (Salt ou autre) et X% sont aussi bloqués chez leur cablos opérateurs pour cause de vétusté du réseau filaires en mains de l’opérateur historique.
    .
    Pour résumer beaucoup de ménages n’ont pas vraiment de choix concurrentiel avec une large palette d’opérateurs, quel pourcentage peuvent choisir par exemple en terre vaudoise entre Swisscom, Sunrise, Salt, UPC et Net+ ? Et bien uniquement à Lausanne et à Yverdon, si vous êtes à Pully, Morges ou Vevey, Net+ et Salt ne sont pas disponible, ect, le pire restant la seul disponibilité de UPC ou bien de Swisscom et Sunrise en cuivre.
    .
    Alors que UPC fasse une bonne ou mauvaise absorption de Sunrise, cela ne va rien changer pour le consommateur helvétique habitué à surpayer ce qu’il consomme avec une palette concurrentiel réduite, comme par exemple le duopole Coop / Migros (ou Migros / Coop) qui ne date pas de hier, n’est-ce pas ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.