Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Après Netflix: Swisscom tente de lancer un forfait vidéo

Teleclub Play en allemand. Swisscom se moque-t-il des Romands?

Teleclub Play en allemand. Swisscom se moque-t-il des Romands?

Swisscom tente de concurrencer Netflix, mais manque le coche. Le puissant opérateur n’a en effet réussi à lancer mardi Teleclub Play qu’en allemand, sans être capable de proposer une offre en français. Les Romands devraient toutefois pouvoir compter sur quelque chose d’ici à l’été 2015… Peut-être.

Ce nouveau forfait vidéo comprend plusieurs milliers d’heures de séries télévisées, de grands classiques du cinéma, d’émissions pour enfants, de documentaires et de contenus sportifs. Cette offre est proposée aux clients TV 2.0 au prix de 12.90 francs par mois, selon un communiqué de presse.

«Avec Teleclub, nous avons constitué une vaste offre qui se démarque, outre par de grands titres internationaux, aussi par son immense choix de contenus germanophones et suisses» souligne Marc Werner, responsable clientèle privée Suisse. Ce germanophone ne s’étend évidemment pas sur le marché romand, délaissé, comme le ferait une start-up.

La guerre est lancée

Le nouveau forfait vidéo Teleclub Play vient enrichir l’expérience télévisuelle des clients Swisscom TV 2.0. Ils peuvent désormais profiter d’un choix de plus de 5000 titres. D’ici à la fin de l’année, elle comptera quelque 7000 titres. L’offre ne semble toutefois pas atteindre la richesse de MyPrime d’UPC Cablecom qui compte près de 10’000 titres. On ne citera pas l’embryonnaire Netflix

Dans un premier temps, Teleclub Play proposera une offre en allemand avec un vaste choix de titres en version originale. Une offre est également en cours d’élaboration pour les clients en Suisse romande. Si, si… Elle sera mise à disposition d’ici à l’été 2015. (peut-être) Une offre en langue italienne est à l’étude (On parle aussi italien en Suisse…) L’opérateur, qui semble connaître des problèmes de management, évoque en coulisse des questions de droits d’auteur pour justifier cette situation indigne d’une entreprise nationale comptant des millions d’abonnés.

Manque de sensibilité de Swisscom

Dans l’intervalle, les clients de Swisscom peuvent également accéder à la vidéothèque germanique en déplacement. Teleclub Play en allemand est disponible sur PC et Laptop, et le sera aussi sur les smartphones et tablettes iOS à compter de la mi-décembre. La vidéothèque dans la langue de Goethe et de Shakespeare sera activée par étapes successives sur une période de trois jours pour tous les clients.

Mon commentaire? Même si Swisscom se réfugie derrière des questions de droits d’auteur, le lancement de cette offre qu’en allemand montre que cette entreprise en mains de l’Etat ne semble pas bien connaître le fonctionnement de notre système politique. Ou s’en moque complètement. Il est loin le temps de l’«idée suisse», un concept également en pleine décrépitude du côté d’une autre grande entreprise para étatique qui préfère dépenser son argent dans de pharaoniques projets immobiliers…

Ce fédéralisme à deux vitesses, pour autant que l’on puisse encore parler de fédéralisme, est déplorable. D’autant plus que les entreprises réellement privées font mieux. Honte à Swisscom.

Xavier Studer

22 commentaires pour “Après Netflix: Swisscom tente de lancer un forfait vidéo

  1. f.delamuraz
    03/12/2014 à 8:11

    Je croyais que la VOD était l’eldorado, le nouveau mode de consommation…… pour consommer des vieilleries, ou des séries Z alors

    • Cedric
      03/12/2014 à 8:29

      Si ça marche bien
      en p2p ou en téléchargement direct on trouve plein de truc génial.
      J’ai pris un abonnement à uploaded.net et la on en trouve pour tous les goûts et surtout dans toutes les langues.
      Donc upc avec myprime, netfix et maintenant Swisscom sont loin de la concurrence.

      • f.delamuraz
        03/12/2014 à 9:56

        Ce n’est pas de la concurrence ce que tu présentes car interdit dans la majorité des pays à cause du droit d’auteurs.

        • Cedric
          04/12/2014 à 8:34

          Si c’est de la concurrence, les gens s’en fiche que ça soit interdit.
          Le jours ou les Majors et autre dealer de cam numérique comprendront cela, il n’y aura plus de problème de téléchargement, car ils se bougeront pour sortir une offre plus attractive que le téléchargement pour l’utilisateur final.
          L’utilisateur s’en fou des droits de diffusion et autre connerie du genre, c’est pas son problème, donc il se sert ou c’est le plus facile, et ou ça coûte le moins chère.

          Je refuse d’utiliser le terme de téléchargement pirate ou illégal vu que le contenus n’est pas interdit par la loi.

  2. Pierre Blattner
    03/12/2014 à 8:25

    Bravo pour ce commentaire que je soutien totalement. Cela reflète à merveille la mentalité de nos compatriotes outre-Sarine!

  3. marco
    03/12/2014 à 8:25

    Mais c’est comme cela pour tout mr studer, les bourbines sont les meilleurs, savent mieux que tout le monde car nés avec la science infuse, surtout du coté de Zurich (dans les villages qui se terminent en *kon et ils sont nombreux dans la région comme disait marie thérèse porchet) 😉
    Au quotidien je bosse avec eux et je peux vous dire qu’ils n’en ont rien à faire de nous et que nous sommes des boulets pour eux. Par contre quand les études économiques montrent que la romandie et le bassin lémanique sont plus fort en croissance qu’eux, la ils ne savent plus quoi répondre, battus par des « feignants qui boivent du blanc à 11h du mat et ne pense qu’à faire la fête, la welchwoche… »

  4. Milka
    03/12/2014 à 8:29

    Trop tard et trop cher. Si le prix s’aligne sur la concurrence, on ne peut en dire de même pour de l’offre proposée. De plus, le sport (qui aurait pu être un argument décisif) sera disponible en différé de quelques jours. Bref, un pétard mouillé.

    • Giuseppe
      03/12/2014 à 11:33

      Que ce soit Swisscom ou UPC cablecom ne s’alligne pas à la concurence (Netflix). Car tout simplement pour profiter de leur offre il faut avoir internet chez eux plus leur abonnement avec box. Tandis que avec Netflix suffit d’avoir internet (chez n’importe quel operateur voir meme sur telephone mobile) pour poivoir proffiter de l’offre.

  5. chris
    03/12/2014 à 9:18

    le Rösti graben à encore frappé et c’est plus seulement au niveau des idees ….

  6. Tricoline
    03/12/2014 à 12:12

    C’est aussi une manière d’accélérer le passage a la version 2.0 vu que leur offre n’est pas opérationnel avec Swisscom TV 1ère mouture.
    Vu que TV 2.0 coûte plus cher aussi c’est tout bénéfice pour l’ogre swisscom !!

    • Misenta
      03/12/2014 à 12:30

      Euh! Où avez-vous vu que c’est plus cher car pour l’abonnement de ma mère, elle a plus de possibilité pour le même prix (2 boxs)?

  7. André Jaquenoud
    03/12/2014 à 12:28

    Comme toujours chez Swisscom : faut payer plus cher, on n’est pas sûr que ca marche à l’endroit où on habite (on apprend tout d’un coup qu’on est trop éloignés de la centrale, que les câbles de la maison sont vétustes.. et après on a que des programmes en allemand !

  8. Oreille
    03/12/2014 à 1:04

    Vraiment marre de ce clivage linguistique de la par d’une société d’état…

  9. merinos
    03/12/2014 à 1:31

    concernant la problématique linguistique, juste rappeler…:
    – la Suisse est majoritairement germanophone (contrairement à ce que pensent certains à TV5MONDE :p )
    – Swisscom est le seul opérateur de TV sur IP à proposer trois variantes linguistiques de ses différentes offres télévisuelles.

    et y’a un truc qu’il va bien falloir comprendre un jour…
    les marchés germanophone, francophone et italophone européens de la télévision ne sont pas identiques!

  10. Saïmon
    04/12/2014 à 3:55

    L’avantage c’est que si vous voulez revoir les chtis en Allemand, il y a un abonnement pour ça maintenant !

  11. YaYa
    05/12/2014 à 9:31

    Collaborateur de Swisscom, travaillant à Berne, j’ai critiqué à haute voix dans les couloirs de l’entreprise ce lancement décalé qui me heurte.
    Par contre, travaillant depuis 8 ans en Suisse allemande, je me demande d’où viennent certains des propos écrits plus haut. Au pire, les suisses allemands ne connaissent pas les romands, mais je n’ai jamais rencontré la moindre critique, alors qu’à l’inverse, à la moindre occasion, comme ici, on trouve partout des romands frustrés prêts à écrire n’importe quoi.
    Dernière chose, Swisscom est leader du marché, où sont les challengers qui dans un système de concurence sont supposés faire bouger les lignes?

  12. 14/12/2014 à 10:49

    Dommage que cette offre ne soit pas inclue dans les abonnements « haut de gamme » de Swisscom alors que c’est le cas chez UPC où myprime est inclu directement dans l’abonnement. Là il faut encore débourser 12.90 CHF par mois quand on en paie déjà 169… je ne vois donc pas du tout l’intérêt face à Netflix…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :