Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Le patron de Swisscom ne peut que constater les contradictions autour de la 5G…

Urs Schaeppi, patron de Swisscom.

Urs Schaeppi, patron de Swisscom.

Swisscom a publié une prise de position dans laquelle il explique que la 5G «de base» est désormais disponible dans près de 90% de la Suisse. Le patron du tout puisant opérateur s’exprime aussi sur les craintes qui y sont associées. Il ne peut que constater les contradictions actuelles.

«Les besoins de téléphonie mobile augmentent de plus en plus chaque jour. Et nous ne sommes pas près d’en voir la fin. C’est aussi pour cela que les débats sont contradictoires. 97% des ménages possèdent un smartphone. En parallèle, plus de 50 pour cent des Suisses ont des craintes concernant les éventuels effets sur la santé de la téléphonie mobile. On s’oppose aux antennes tout en utilisant l’infrastructure comme jamais auparavant. Le trafic de données poursuit sa progression éclair», souligne Urs Schaeppi, patron de Swisscom.

Construire pour l’avenir

Selon lui, le puissant opérateur doit se préparer à l’avenir, même si la 5G fait débat. «Nous construisons aujourd’hui pour demain. Nous constatons que le trafic de données sur notre réseau augmente chaque jour sans interruption depuis l’introduction des smartphones. Notre mission est de nous assurer que, l’année prochaine et la suivante aussi, le réseau et, partant, la société et l’économie continueront à tourner, et que des parties de la Suisse ne se retrouveront pas subitement coincées dans un embouteillage sur le réseau mobile.»

Dans le contexte actuel, il se dit inquiet de la tournure des discussions publiques dirigées contre la 5G, mais pas uniquement. «Les restrictions actuelles comme par exemple les moratoires concernent non seulement l’extension de la 5G mais aussi l’actuel réseau 4G. C’est comme si on disait: nous interdisons les autoroutes. Après tout, il reste les chemins vicinaux et ça suffit amplement. Il en résulterait des convois et des embouteillages de donnée.»

Premiers terminaux en 2020

Mais de quelle 5G parle-t-on? Grâce à son partenaire technologique Ericsson, Swisscom a déployé une mise à jour logicielle permettant d’utiliser parallèlement les antennes et infrastructures existantes pour des terminaux qui n’existent pas encore. Devant arriver probablement au premier trimestre 2020, ils utiliseront les mêmes fréquences que les smartphones 4G actuels et devraient être légèrement plus performants.

Pour mémoire, les smartphones 5G en vente aujourd’hui fonctionnent sur des gammes de fréquences spécifiques au-dessus des 3,5 Ghz, alors qu’aujourd’hui les gammes de fréquences utilisées sont comprises entre 700 Mhz à 2,6 Ghz. Dans un avenir indéterminé, comme déjà aujourd’hui aux Etats-Unis, les opérateurs utiliseront des ondes dites millimétriques supérieures à 25 Ghz qui permettront de très gros débits, mais sur de courtes distances.

Xavier Studer

7 commentaires pour “Le patron de Swisscom ne peut que constater les contradictions autour de la 5G…

  1. Tricoline
    31/12/2019 à 08:46

    Les opérateurs devront changer de stratégie pour faire échouer les 3 initiatives « anti téléphonies mobiles » lancée par des groupements « anti technologies ».

    Si le CEO de Swisscom veut plus d’objectivité dans les débats, il devra lui s’améliorer…

    Les discours langue de bois et creux des portes paroles actuelles de nos opérateurs qui prennent la population pour des imbéciles et des ignares » doivent être modifiés.

    L’ofcom doit aussi adapter son site, en publiant plus d’info sur les antennes, comme quel est le propriétaire, la puissance exacte et les lobes de rayonnement.

    Si rien n’est sérieusement entrepris, une ou plusieurs de ces initiatives passeront devant le peuple, et la 5G sera un cuisant échec industriel en Suisse, qui pourrait faire tache d’huile ailleurs…

  2. Pedro
    31/12/2019 à 11:42

    Et les gens devraient aussi prendre conscience de cette nouvelle addiction et se déconnecter. Ce qui réduirait le trafic, augmenterait la sécurité et préserverait un peu plus la vie privé des gens.

    Là aussi la communication et l’information est défaillante, merci à nos médias pourtant normalement neutre.
    Tout comme on vient de perdre notre indépendance au niveau de la production électrique ce mois mais qui va voir le site de swissgrid qui ont amélioré leur site et affiche clairement la fréquence dans plusieurs pays d’Europe ainsi que le bilan de l’importation/exportation en temps réel. Ou encore l’office de la statistique car sans électricité le réseau mobile ne sert pas à grand chose.

  3. Chris.
    31/12/2019 à 15:49

    Des ondes milimétriques à 25 GHz sur des appareils en contacts avec le corps humain est tout simplement irresponsable !

    Et là les études existent ! Les altérations des cellules est prouvé !

    Ces fréquences sont actuellement utilisées pour des transmissions à faisceaux hertziens dirigés uniquement.

    Ce mettre ces fréquences dans la tête ou ailleurs est une folie …

    • Tricoline
      31/12/2019 à 17:29

      De toute manière un simple mur mince atténue tellement les ondes millimétriques que ce n’est pas ainsi que cela fonctionnera.

      Déjà que dans un bâtiment minergie la 4G à 2,6 GHz ne passe presque pas, alors en dessus de 8 GHz rien me passe, sauf à émettre à une telle puissance que cela sera ruineux en électricité, et les accus des smartphones ne tiendront pas le choc.

      Essayez une antenne satellite dans votre salon et vous ne capterez rien du tout, et pourtant ce sont des ondes millimétriques qui sont utilisées avec les satellites (8 à 15 GHz).
      Une plaque de carton devant une parabole cela coupe le signal.

      Cessez de faire une fixation avec cette 5G, vous allez vous rendre malade avant même que le système soit activé, c’est arrivé que des plaintes soient enregistrées pour la 3G et 4G alors que c’est pas même en fonction.

      • Nycko
        01/01/2020 à 11:47

        C’est juste, des maux de tête et troubles du sommeil mettant en cause les nouvelles antennes, alors que ces dernières etaient pas même activées.
        Une Honte pour ces activistes de l’anti technologie…
        Par son positionnement central en Europe, la Suisse ne peut pas se permettre de louper le virage 5g. L’ économie en dépend, si on ne voit pas cela c’est de l’égoisme mal placé.
        Ne pensent pas a la génération suivante ? La Suisse doit rester compétitive, sans les nouvelles technologies c’est foutu.

  4. Claude
    19/01/2020 à 21:22

    Bonjour

    si l’on sauver des vies, on peut supprimer, le tabac, l’alcool et les vacances au soleil
    En Suisse il y a hélas davanatge de victimes du cancer de la peau que des accidents de la route.

    Le principe de précaution est parfois un peu trop mis en avant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :