Infographie: l’étonnante année 2019 marquée par le «triomphe» de Sunrise

  • Post last modified:29/06/2020
  • Post comments:12 commentaires
Malgré sa déconfiture avec UPC, Sunrise s'est imposé comme le champion de 2019!
Malgré sa déconfiture avec UPC, Sunrise s’est imposé comme le champion de 2019!

Etonnante année que celle vécue par les opérateurs en 2019. On a vu Swisscom, toujours dominant, quelque peu égratigné, notamment sur le mobile avec des chiffres à manier avec précaution… Et puis, malgré la déroute de sa fusion avec UPC, Sunrise a sur-performé, voire «triomphé» alors que les téléréseaux font toujours piètre impression…

Encore une fois, c’est Salt qui nous intrigue le plus. En juin 2019, il faisait état de 50’000 clients sur la fibre optique, corroborant nos estimations de l’année dernière. En ne donnant pas de résultats en mars dernier, il a confirmé qu’il ne devait pas avoir grand-chose de spectaculaire à montrer. Continuant de stagner sur le mobile, j’ai estimé très grossièrement sa part de marché à quelque 60’000 clients fibre.

De manière générale, la marche des affaires de Salt est pour le moins inquiétante. En effet, avec une offre réellement très intéressante, on aurait pu s’attendre à une explosion de cet opérateur en mains du français Xavier Niel. La réalité semble bien différente. Visiblement, il ne parvient pas à améliorer son image, malgré un travail évident pour faire progresser le marché, comme nous l’avons vu récemment avec son partenariat avec Sunrise.

Sunrise s’offre un nouveau triomphe

Encore une fois, Sunrise signe une excellente année, qui devait être celle de son explosion sur le marché Suisse. Après le feuilleton rocambolesque de sa fusion avortée avec UPC, ce qui reste vraiment regrettable, le challenger suisse des télécoms est tout de même parvenu à réaliser une année plutôt incroyable. Et il pourrait encore faire mieux s’il se donnait la peine de développer davantage son offre comme il a su le faire avec Sunrise TV Neo et la refonte de certains tarifs de roaming. A suivre.

Et puis, il y a les câblo-opérateurs qui continuent de sauver les meubles en se repliant sur les réseaux de leurs concurrents mobiles, puisqu’ils doivent toujours composer avec un recul très marqué sur leur cœur de métier, voire sur les accès à internet. Heureusement, qu’ils comptent en leur rangs des entités comme le Romand Net+, qui tire le niveau vers le haut… Il semble aujourd’hui le seul à être capable de faire souffler un réel vent de modernité sur la branche. UPC continue de plonger.

Les chiffres troublants de Swisscom

Pour terminer, le cas Swisscom mérite la reproduction ci-dessous du détail des chiffres des rapports de gestion 2018 et 2019. Une nouvelle fois, on assiste à différents réalignements que ce soit sur le nombre de collaborateurs ou sur le nombre d’abonnés mobiles. Dans son rapport de gestion 2018, il revendiquait 6,551 millions d’abonnés mobiles. Un chiffre qui fond à 6,370 pour la même année dans la version 2019…

Encore une fois, l’ogre bleu, toujours largement dominant sur l’ensemble du marché télécoms, mais qui perd un peu plus de sa superbe défaillance après défaillance, revisite ses chiffres. Alors qu’il fait valoir un repli de -0,6% sur le mobile, on peut aussi le chiffrer à -3,3%, si l’on se réfère au chiffre du rapport précédent. On a l’impression d’être à la caisse de la Coop, avec encore une fois une promotion qui ne passe pas. Drôle de style tout de même!

Quelle année charnière?

Deux tendances claires se dessinent. Les câblo-opérateurs ne parviennent pas à se stabiliser, malgré des positionnements audacieux, voire maladroits, par exemple en achetant à des prix surfaites certains droits sportifs, ou en voulant se positionner sur le «e-sport», toujours excessivement énergivore… Parallèlement, un peu déstabilisé, Swisscom serait prêt à faire presque n’importe quoi pour gagner quelques dizaines de milliers d’abonnés sur le mobile…

Enfin, Sunrise continue de faire sérieusement son chemin en enregistrant des résultats solides à l’image de son partenariat technologique robuste avec Huawei. Il reste une valeur sûre plébiscitée par de très grandes entreprises, comme désormais la SSR. Si Salt avait cartonné en 2019, on aurait pu se dire que le marché suisse avait enfin atteint une certaine normalité après de nombreuse années troubles. Visiblement, au pays des horlogers, il reste encore du sable dans les engrenages…

Xavier Studer

 

Les infographies des années précédentes

Plus d’informations:

Le rapport annuel de Swisscom
Les chiffres de Sunrise
Le communiqué de Salt
Les chiffres d’UPC
La synthèse de Suissedigital

Les chiffres «officiels»

Les faits et chiffres 2019 de la Comcom
L’observatoire statistique de l’OFCOM

Extraits des rapports de gestion 2019 et 2018 de Swisscom.

Cet article a 12 commentaires

  1. Tricoline

    Même si Net+ se démarque de UPC, il est grand temps que les accès à la toile soit rendu symétrique pour les clients qui sont encore et toujours sur le coaxial, les projets des années 2010 de tout passer à la fibre sont manifestement tombé dans une oubliette.

    Les membres de Net+ se gardent bien de communiquer sur ce problème, qui en est un à l’heure du cloud et tu télétravail, car une dissymétrie d’un rapport 20 ce n’est plus acceptable.

    Tout comme l’arret de la migration à la fibre, l’évolution vers le DOCSIS 3.1 semble aussi ne pas se concrétiser chez Net+, une norme rejetée ou difficile à mettre en oeuvre ?
    Peut-être, mais ne rien faire sera aussi problématique.

    1. Pedro

      Trop d UP s’est comme le down ça sert à plus rien au bout d’un moment mais oui le ratio 20 est trop important.
      Je ne suis toujours pas pour la fibre tirer du rj coûterait bien moins cher, plus résistant et suffisant pour pas mal d’années ainsi qu’au niveau des équipements réseaux mais enfin.. on veut direct partir sur du cablage hors de prix.

      1. Tricoline

        Poser un cable RJ45 depuis l’armoire de quartier (ou du sous sol) cela coute aussi cher que de poser une fibre.
        En suisse c’est la main d’œuvre qui coute, pas vraiment le matériel, que cela soit du cable ou de la fibre.
        Alors écrire que poser du RJ c’est moins cher, absolument pas, peut-être que c’est plus résistant c’est juste.
        Le fait que la fibre c’est fragile cela ne doit pas consister un frein, aux maitres d’oeuvres de se débrouiller finalement, c’est leur métier.

        1. Pedro

          Matériel moins cher et surtout les équipements… Si car la première fibre n’a pas duré six mois comme ils tirent toujours les fibres à double faute d’accord…

  2. Frjo

    En ce qui concerne les abos mobiles de Sunrise et Swisscom notamment: As-t’on une idée si cela vient principalement de passage d’abonnements CMN d’un opérateur à l’autre?
    J’entends qu’il y a certainement bien des privés qui changent, mais que quand une entreprise d’importance ou un canton change tout ses abos, et bien cela fait vite des milliers voire plus qui passent d’un côté de la balance à d’autre.
    Xavier: une idée?

  3. Mike

    Salt vient d’annoncer sur twitter qu’ils ont 100’000 clients pour la fibre

    1. Tricoline

      100’000 pour 4’000’000 (max suisse) soit environ 2,5% de pénétration.
      C’est peu.
      C’est environ 10% de pénétration sur le FTTH, voila pourquoi Salt veut augmenter la masse de logement éligible à la fibre, cela stagne….

  4. Pedro

    Salt a bien profité au début et maintenant ils ont perdu ces clients qui ne vont peut être jamais revenir..
    Soit ils cassent vraiment les peux ce qu’ils ont fait avec la fibre sur ils risquent bien de stagner.
    Sunrise rien à redire, Swisscom toujours trop cher voilà le tour est vite fait 🙂

  5. Patrice

    Fin 2019, Swisscom recensait 6 333 000 clients mobiles en Suisse, en très légère baisse de 0,6 % en un an, avec notamment un gain de 95 000 clients avec abonnement (postpaid), pour une perte de 132 000 clients en prépayé (prepaid). Sunrise, qui comptait 2 821 000 clients mobiles à la fin de l’année, enregistre de son côté une progression de près de 0,9 %, avec un gain important de clients postpaid (+162 000 unités) qui compense largement la perte de clients des offres prepaid (-138 000 unités). Salt enregistre un recul du nombre total de ses clients (-4,0 %) à 1 808 000 clients à fin 2019. (source: COMCOM)

  6. Jean Bombeur

    Quid de l’opérateur suisse VTX. Des avis ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.